« Et toi, parle aux enfants d’Israël en ces termes : toutefois, observez Mes Chabbath, car c’est un emblème de Moi à vous dans toutes vos générations, pour qu’on sache que c’est Moi, l’Éternel Qui vous sanctifie. » (Chemot 31, 13)

D.ieu est omniprésent tous les jours de la semaine, mais Sa proximité se fait ressentir le jour du Chabbath.

Le célèbre empereur autrichien Franz Joseph entretenait de bonnes relations avec la communauté juive de son royaume, ce qui ne plaisait pas beaucoup à son entourage qui tenta à plusieurs reprises d'y mettre un terme. Il s'avère qu'un jour l'empereur se rendit en visite à Cracovie, ville qui était alors sous sa tutelle.

Les citoyens l’accueillirent chaleureusement en l’escortant jusqu’à la salle de réception de l’Hôtel de Ville, où il contempla avec plaisir son portrait accroché au mur. Et pour cause : selon la loi, dans tous les bâtiments publics, un portrait de l’empereur devait figurer en évidence comme symbole de soumission. Et donc naturellement la grande synagogue de la ville, elle aussi, était soumise à cette loi, et une magnifique effigie de Franz Joseph ornait son vestibule.

L'un des ministres, un antisémite notoire qui voulait s'en prendre aux Juifs avait décidé, avec plusieurs complices, de soudoyer le concierge de la synagogue afin que celui-ci retire, moyennant des pots de vin, le portrait de l'empereur, ne laissant plus que la trace du cadre.

L’un des conspirateurs proposa alors sournoisement à Franz Joseph d'effectuer une visite dans la grande synagogue de Cracovie. Alertés d'urgence, les notables juifs se précipitèrent vers la synagogue, afin d’accueillir sur le parvis l’illustre hôte avec les égards dus à son rang. Franz Joseph salua les rabbins, avec à leur tête le grand rabbin de la ville rabbi Chimon Sofer, et pénétra dans l'enceinte du lieu saint. Il scruta les murs, cherchant vainement son portrait, puis se tourna vers le rav et d’une voix acerbe, il demanda où était son effigie. Face à la gravité de la situation, rabbi Chimon ne perdit pas son assurance et s’approcha du monarque.

« Nous avons l’obligation de mettre les téfilin tous les jours, symbole de soumission envers le Créateur Qui nous a créés puis délivrés d’Égypte. Le Chabbath, il nous est interdit de les mettre, car nous bénéficions de la proximité intime de l’Éternel et ce serait un outrage au Ciel d’utiliser un symbole alors que le roi lui-même nous honore de sa présence. »

« De même, nous avons deviné que Sa Majesté nous honorerait de sa visite, et c’est pourquoi nous avons décidé d'enlever son portrait, afin justement de ne pas offenser Sa Majesté… »