Accepter une épreuve avec amour ?

Rédigé le Mercredi 30 Décembre 2020
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Que signifie exactement "accepter l'épreuve avec amour" ?

Ne serait-il pas préférable de trouver des solutions pour en sortir ?

Je comprends qu'il faut se soumettre à la Volonté Divine, comment alors ne pas faire preuve de fatalité ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
25308 réponses

Bonjour,

Accepter une épreuve avec amour n'est pas contradictoire avec la volonté de s'en séparer.

Accepter une épreuve avec amour signifie que nous sommes conscients de sa source Divine et qu'elle est envoyée intentionnellement, à juste titre, pour une raison bien précise.

Dans la plupart des cas, la cause est spirituelle : des graves manquements dans l'accomplissement de la volonté Divine.

En perfectionnant sa conduite et en augmentant les temps réservés à l'étude, le but des épreuves est atteint et ils n'auront plus aucune raison de perdurer.

Voir Dévarim 32, verset 4, Talmud Brakhot 54a, 60b, Choul'han 'Aroukh - Ora'h 'Haïm, chapitre 222, Halakha 3, Rambam, Hilkhot Brakhot, chapitre 10, Halakha 3, Midrash Tan'houma, Parachat 'Hayé Sarah, passage 3, Rachi sur Dévarim 6, verset 5, Rabbénou Yona sur Pirké Avot, chapitre 3, Michna 12 et dans Cha'aré Techouva, partie 2, passage 3.

Parfois, c'est l'être humain, lui-même, qui s'attire des ennuis [épreuves] : 1. Il n'a pas fais attention à sa manière de parler - ce qui a entraîné des discordes, etc., 2. Il n'a pas fait attention à ce qu'il a mis en bouche [que ce soit en quantité ou en qualité néfaste], 3. Il ne fuit pas le danger, 4. Il ne prend pas garde au 'Ayin Hara' [mauvais œil] en clamant "haut et fort" ce dont il a bénéficié, etc. 5. Il se lie d'amitié aux méchants et ne s'en éloigne pas, 6. Il n'écoute pas les conseils de nos Sages [dans tous les domaines de sa vie], mentionnés dans le Talmud et les Midrashim.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN