Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:34 : Mise des Téfilines
06:44 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:04 : Coucher du soleil
21:54 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 19 Août 2022 à 20:40
Sortie du Chabbath à 21:49
Afficher le calendrier

"'Anénou" pendant un jeûne

Rédigé le Jeudi 1er Janvier 2015
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Pouvez-vous m'indiquer quels sont les lois concernant l'ajout de la prière "'Anénou" durant un jeûne ?

Merci, et Tsom Kal

La réponse de Rav Freddy ELBAZE
Rav Freddy ELBAZE
1712 réponses

Chalom,

D’après Le Rambam (premier chapitre des lois du jeûne, loi 12) et Rachi, il est nécessaire de réciter la prière de "'Anénou" le soir du jeûne dans la prière de 'Arvit (prière du soir) bien que l’on puisse encore manger ; mais dans la prière de 'Arvit à l’issue du jeûne, on ne récitera pas cette prière de "'Anénou". Telle est l’opinion de Maran le Choul'han Aroukh. (Une partie des Yéménites qui appliquent les lois du Rambam, les Tunisiens venant de Guerba - voir Choul'han Aroukh art.565, par. 3 qui dit que l’on récite "'Anénou" aux trois prières de la journée, Michna Broura et Kaf Ha'haïm).

En pratique :

- Les Séfaradim, individu ou officiant, réciteront la prière de "'Anénou" à Cha'harit (prière du matin) et à Min'ha (prière de l'après-midi).

- Les Ashkénazim : l'individu récitera "'Anénou" seulement à Min'ha, mais l'officiant le récitera à Cha'harit et Min'ha.

Un individu ajoutera "'Anénou" dans la prière "Chomé'a Téfila" et l'officiant entre "Goel Israël" et "Réfaénou", comme une bénédiction séparément.

- Un officiant n’ayant pas dit "'Anénou" : s’il s’agit d’un jeûne "public", il récitera "'Anénou" entre "Goel Israël" et "Réfaénou". S’il a oublié de réciter "'Anénou" et n’a pas commencé à dire "Baroukh Ata…" de la bénédiction "Réfaénou", il reprendra et récitera "'Anénou" comme bénédiction séparée et continuera "Réfaénou".

- Une personne qui ne jeûne pas ne sera pas officiant : s’il s’agit d’un officiant régulier  ou une personne "importante" n’ayant pas jeûné pour cause de maladie ou de faiblesse, il pourra dire  "'Anénou Béyom Hata'anit Hazé", et dans ce cas, il pensera aux personnes qui jeûnent.

Tsom Kal !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Freddy ELBAZE