Aujourd'hui à Paris
04:33 : Mise des Téfilines
05:57 : Lever du soleil
13:48 : Heure de milieu du jour
21:39 : Coucher du soleil
00:03 : Tombée de la nuit

Paracha Bé'houkotaï
Vendredi 31 Mai 2019 à 21:26
Sortie du Chabbath à 22:49

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Brakha : donner le nom du père ou de la mère ?

Rédigé le Mercredi 7 Décembre 2016
La question de Eric A.

Chalom Rav,

Pourquoi lorsqu'on prie pour la guérison d'une personne on demande le nom de la maman et pour une personne qui a quitté ce monde on demande le nom du père ?

Merci !

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
14908 réponses

Bonjour,

D'une manière générale, il faut mentionner le nom du père, car la maman est moins connue que le père, qui, lui, se trouve plus souvent à l’extérieur.

Cependant, en ce qui concerne les prières pour la guérison, il faut mentionner le nom de la mère pour les raisons qui suivent :

1.  La maman a porté l’enfant durant les neuf mois de gestation. C’est une période assez difficile à supporter. On la mentionne, donc, dans les prières, afin d’éveiller la pitié Divine en faveur du fruit de ses entrailles.

2. Le papa a l’obligation d’étudier la Torah. C’est la Mitsva la plus importante. S’il dénigre cette Mitsva, il risque le plus grand des châtiments.

Nos Sages disent : « Il est très difficile de ne pas transgresser cette Mitsva ».

La maman n’a pas l’obligation d’étudier la Torah, donc elle ne risque « jamais » d’être passible de ce châtiment.

D’autre part, les femmes sont exemptées de toutes les Mitsvot positives dont l’accomplissement dépend du temps, ce qui n’est pas le cas pour les hommes.

Donc, ce n’est pas le papa qui est mentionné dans les prières, car, inévitablement, il a manqué à son devoir d’étudier la Torah comme il se doit, ou à certaines Mitsvot. Mieux vaut éviter de le mentionner.

3. La maman apporte la partie physique et matérielle de l’embryon, alors que le papa apporte la partie spirituelle [ce sont des notions profondes qui méritent un approfondissement].

Donc, lorsqu’il s’agit de la guérison du corps, on mentionne la maman qui en est à l’origine. Michné Sakhir [nouvelle édition] - Mo'adim, volume 1, page 260.

4. Il y a d’autres raisons.

Voir :

Yabi'a Omer, volume 10, Ora’h ‘Haïm, question 54, passage 5.

Az Nidbérou, volume 14, question 24.

Ben Ich ‘Haï dans Torah Lichma, question 399.

En ce qui concerne les prières récitées pour une personne qui n'est plus de ce monde

Chez les Séfarades

Il y a deux coutumes différentes : on mentionne le prénom du père et, parfois, le prénom de la mère. Voir Yalkout Yossef - Avélout, page 536 et note 3.

Ceux qui mentionnent le prénom du père c’est du fait que les Néchamot du père et du fils sont « très proches, l’une de l’autre » [notion assez profonde]. C’est pourquoi, pour une femme, il est préférable de mentionner le prénom de sa maman. Yalkout Yossef - Avélout, page 536 et note 3.

Quoi qu’il en soit, il faut toujours respecter les coutumes de la famille.

Chez les Ashkénazes

On mentionne le prénom du père.

Explication :

Du vivant de la personne, on mentionne le nom de la mère étant donné que, selon le Zohar, il faut être le plus précis possible [untel fils de la mère est plus certain que untel fils de son père - c’est une raison qui n’est pas détaillée plus haut, mais qui est rapportée dans les références citées au paragraphe 4].

Après la disparition d’une personne, il n’est plus convenable de considérer ce détail. Guécher Ha’haïm, chapitre 31, Halakha 10.

Dans les communautés Séfarades, on considère essentiellement les raisons rapportées plus haut, car il est toujours nécessaire de faire appel à des mérites supplémentaires.

Voir encore, Divré Sofrim - Kitsour, chapitre 61, Halakha 36, Divré Sofrim, chapitre 376, passage 62, page 361.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur