Aujourd'hui à Paris
06:22 : Mise des Téfilines
07:26 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
20:23 : Coucher du soleil
21:09 : Tombée de la nuit

Paracha Tsav
Vendredi 3 Avril 2020 à 20:07
Sortie du Chabbath à 21:15

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Comment expliquer la perte de l'odorat ?

Rédigé le Mercredi 14 Décembre 2016
La question de Ludivine P.

Bonsoir,

Comment explique-t-on la perte d'un sens, et en particulier la perte de l'odorat ?

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
4657 réponses

Chalom Ouvrakha,

Effectivement, puisqu'il n'y a pas de hasard, il y a forcément un "sens" à la perte d'un de nos cinq sens.

Le Radak, dans son commentaire sur Téhilim (119-1), nous explique que tous les sens sont liés à la sagesse, et, en particulier, l'odorat, qui est directement lié au cerveau (Moa'h Kidmi), qui a un rapport avec la force du dessin des sujets abordés (Koa'h Hatsiyour).

Un de nos grands kabbalistes, le Rav Rafaël Riki, dans son livre Hon Achir, à la fin du traité de Taharot, nous fait remarquer que ce traité commence par la lettre Chine ("Chlocha") et termine par la lettre Vav ("Dyo"), ce qui nous donne le schéma d'un nez, pour nous dire que ce sens est en rapport avec la pureté.

Nous pouvons aussi rapporter à ce sujet les propos du Talmud (Sota 49a et Rachi dans l'entête "Tahara"), qui nous affirment qu'à partir du moment où la pureté avait disparu, le sens du goût et de l'odorat (qui sont d'ailleurs curieusement liés) ont, eux aussi, disparu.

C'est peut-être aussi l'une des raisons (théorie personnelle) pour laquelle certaines femmes, après leur accouchement, perdent leur odorat.

Le Rav Tsadok Hacohen, dans son livre Pri Tsaddik sur Béréchit (Roch 'Hodech 'Hechvan), nous écrit que ce sens est en raport non seulement avec la Tahara (pureté), mais également avec la crainte du ciel.

Le Maharcha (Brakhot 43b et Yoma 82b) nous explique que le plaisir apporté par ce sens concerne l'âme en particulier (Néchama).

Le Bné Yissakhar (Adar) ainsi que le Chem Michmouel se penchent à plusieurs reprises longuement sur ce sens et nous font remarquer, au nom du Ari zal, que tous les sens ont fauté en consommant le fruit du péché, à l'exception de l'odorat, qui est le seul sens qui n'a pas fauté et qui n'a donc pas été affecté (même le serpent n'a pas été privé de ce sens).

Il s'agit donc d'une directive que l'on peut prendre pour savoir ce que nous devons arranger dans notre comportement en cas de perte de l'odorat.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA
Projet dédié par un généreux donateur