Comment mériter d'avoir des enfants ?

Rédigé le Lundi 20 Juin 2016
La question de Yael L.

Bonjour Rav,

Il y a une Ségoula parmi d'autres pour pouvoir tomber enceinte, c'est celle d'inviter des personnes nécessiteuses.

Mais que veut dire exactement "nécessiteuses" ?

Qui n'ont pas les moyens ?

Ceux qui arrivent tout juste à la fin du mois ?

Ceux sont les familles / couples concernés ?

Ceux sont des célibataires aussi en difficulté ?...

Merci, et Kol Touv.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28263 réponses

Bonjour,

Vous avez parfaitement raison, la Mitsva consistant à avoir des invités - Hakhnassat Or’him - fait partie des nombreuses Mitsvot dont l’accomplissement est favorable pour avoir des enfants, et, surtout, des garçons [voir liste, ci-dessous].

Ceci est mentionné dans le Midrash Tan’houma, Parachat Ki Tétsé, passage 2.

Avraham Avinou et Sarah Iménou ont invité les trois anges. L’année suivante, ils ont mérité la naissance d’Its’hak Avinou. Voir Béréchit, chapitre 18, verset 10.

Les invités ne doivent pas nécessairement être des personnes pauvres, souffrant cruellement et horriblement d’insuffisance matérielle.

Même une personne très aisée, à qui il ne manque strictement rien, en voyage dans une ville ou un pays étranger, fait partie de ceux qu’il est obligatoire d’inviter pour accomplir la Mitsva de « Hakhnassat Or’him ».

Il va sans dire que toute personne souffrant d’un certain manque ou ayant un certain besoin affectif rentre dans la catégorie des personnes qu’il est obligatoire d’inviter pour accomplir cette grande Mitsva.

Comme vous le mentionnez dans votre question, il est absolument possible d’accomplir « Hakhnassat Or’him » en invitant les personnes vivant seules [célibataires, veufs et veuves, personnes âgées, personnes séparées, etc.].

Cette Mitsva inclut également l’invitation des personnes éloignées de la Torah. Il n’y a pas de personnes plus pauvres que ceux qui sont loin de la Torah. Voir Talmud Nédarim 41a et Kétoubot 50a.

Même « ceux qui arrivent tout juste à la fin du mois » font partie de ceux qu’il est possible d’inviter pour accomplir la Mitsva, car, généralement, l’invitation leur apporte un certain soulagement et une certaine satisfaction.

C’est également une très grande Mitsva d’inviter une famille dont la maman est, pour une raison ou un autre, épuisée, et dont la préparation du Chabbath ne fera qu’accentuer ses douleurs.

Inviter quelques-uns des enfants de la famille en question est également une Mitsva.

Ci-dessous, d’autres Mitsvot très favorables pour avoir des enfants :

1. Respecter scrupuleusement les lois de la pureté familiale. Voir Midrach Rabba Tazria, chapitre 14, passage 7 et Séfer Haéchkol, Hilkhot Tsniout, page 35b. Dans Brakhot 31b, il est rapporté que 'Hanna, la maman de Chmouel Hanavi, a prié pour être exaucée et avoir un garçon, grâce au mérite du respect des lois de la pureté familiale.

2. Le Respect des parents. Midrash Tan’houma, Parachat Kédochim, passage 15 et Yalkout Chim’oni, Iyov, passage 927. Pour des personnes mariées, le respect des parents doit se faire conformément à la Halakha et non suivant ses pulsions ou ses sentiments.

3. Faire beaucoup de ‘Hessed [conformément à la Halakha et non suivant ses pulsions ou ses sentiments]. Voir Talmud Baba Batra 9b et Zara ‘Haya Vékayama [Rav 'Haïm Mordékhaï Krohn], page 34.

4. Enseigner la Torah aux autres ou aider, financièrement, un enfant pour qu'il puisse étudier la Torah. Noa’h a mérité des enfants dès l’instant où il a fait des remontrances aux fauteurs de son époque. Voir Sforno sur Parachat Noa’h, chapitre 6, verset 10.

5. Le soir du Séder, accomplir scrupuleusement la Mitsva de raconter la sortie d’Egypte. Voir Or Ha’haïm Hakadoch sur Chémot, chapitre 13, verset 8.

6. Pour les hommes : ne pas se raser la barbe. Baba Salé et Rav ‘Haïm Kaniewski au nom du Ben Ich ‘Haï. Zara ‘Haya Vékayama, page 37.

7. Accomplir scrupuleusement les lois de l'allumage des bougies du Chabbath et du prélèvement de la 'Halla. Dans Brakhot 31b, il est rapporté que 'Hanna, la maman de Chmouel Hanavi, a prié pour être exaucée et avoir un garçon, grâce au mérite du respect des lois de l'allumage des bougies du Chabbath [elles sont assez nombreuses].

8. Allumer les bougies de Chabbath et stopper tout travail interdit, 10-15 minutes avant l’heure indiquée dans le calendrier.

9. Les Téfilot sont indispensables. Voir Talmud Nidda 70b-71a.

10. Voir Talmud Nidda fin de la page 31a et début de la page 31b.

11. Participer à l'édition de livres de Torah. Zara 'Haya Vékayama, pages 58-59.

12. Acheter des Mézouzot de très bonne qualité. Etudier les lois de la Mézouza afin d'être certain d'accomplir correctement la Mitsva [où les placer, à quel endroit de la porte, aux portes de quelle pièce, etc.]. Les vérifier tous les 3-4 ans. Les placer dans de beaux étuis. Voir Choul'han 'Aroukh - Yoré Déa, chapitre 285, Halakha 1, Talmud Chabbath 32b et Zara 'Haya Vékayama, pages 35 et 59.

13. Etudier toutes les lois de la Havdala récitée à la sortie du Chabbath et des fêtes, afin de les accomplir scrupuleusement. Zara 'Haya Vékayama, pages 59-60.

14. Ne pas faire honte à qui que ce soit. Dans une telle éventualité, il faut tout faire pour obtenir son pardon.

15. Ne pas dire du mal d’un Talmid ‘Hakham et honorer tous ceux qui étudient la Torah.

16. La maman doit avoir la tête couverte [perruque, foulard ou chapeau].

Il est à noter que le ’Hafets ‘Haïm dit : « Toutes les Ségoulot peuvent s’avérer inefficaces si la personne ne prend pas garde d’accomplir les lois de "Chmirat Halachone" et de causer du mal à autrui ». Chmirat Halachone, volume 2, chapitre 9.

17. S'efforcer de réciter la Havdala en choisissant du vin et non du jus de raisin.

18. Vérifier les Mézouzot.

19. Dire à un Cohen de penser à soi durant la Birkat Cohanim [nom des parents et de leur mère].

20. Accomplir la Mitsva de Chiloua'h Haken.

21. A la sortie du Chabbath, consommer une boisson chaude [le mari et la femme].

22. Répondre au Kaddich et surtout Amen Yéhé Chémeh Rabba... de toutes ses forces et avec la plus grande concentration.

23. Demander à une personne ayant subi une honte et n'ayant pas répliqué, de prier pour soi.

Voir : http://www.dirshu.co.il/%D7%94%D7%A1%D7%92%D7%95%D7%9C%D7%95%D7%AA-%D7%A9%D7%9C-%D7%9E%D7%A8%D7%9F-%D7%94%D7%92%D7%A8%D7%97-%D7%A7%D7%A0%D7%99%D7%99%D7%91%D7%A1%D7%A7%D7%99-%D7%A9%D7%9C%D7%99%D7%98%D7%90-%D7%9C%D7%96%D7%A9/

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN