Aujourd'hui à Paris
06:22 : Mise des Téfilines
07:26 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
20:23 : Coucher du soleil
21:09 : Tombée de la nuit

Paracha Tsav
Vendredi 3 Avril 2020 à 20:07
Sortie du Chabbath à 21:15

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Faire Chéma' pour ma grand-mère

Rédigé le Dimanche 18 Août 2019
La question de Virginie C.

Bonjour Rav,

Ma grand-mère est très malade.

Je voulais savoir si mon mari ou moi pouvions lui lire le Chéma' avant qu'elle ne s'endorme ou si elle devait le faire elle-même ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
19171 réponses

Bonjour,

1. Si elle peut le réciter après vous, cela est bien.

2. Jusqu’à une certaine époque, celui qui était présent au moment où une personne ayant la Brit Mila ou toute personne ayant l'obligation d'étudier la Torah, quittait ce monde, devait déchirer son vêtement [la Kri’a], même s’il ne s’agissait pas d’un membre de sa famille.

Voir Talmud Chabbath 105b, Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 340, Halakha 5 et Badé Hachoul’han, chapitre 340, passage 38 au nom du Beth Yossef.

3. De nos jours, il n’est pas habituel d’agir de la sorte.

Voir Guécher Ha’haïm, chapitre 4, Halakha 9 et Pné Baroukh, chapitre 1, fin de la Halakha 2, Yalkout Yossef - Avélout [année 5764-5767], page 217, Halakha 14.

4. Celui qui se tient aux côtés d’une personne sur le point de quitter ce monde doit lui faire prendre conscience de l’importance de ce moment et lui demander de regretter ses fautes afin de mériter le ‘Olam Haba [monde futur].

Il faudra lui dire de répéter les mots suivants :

« Hachem ! Je regrette de ne pas avoir accompli tous Tes commandements ! Ô combien j’aurai voulu Te respecter ! Envoie-moi la guérison. Et si je dois quitter ce monde, que ma mort soit un pardon pour toutes mes fautes. Accueille-moi dans Ton Gan Eden et que je puisse mériter le ‘Olam Haba réservé aux justes ! ».

Voir Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 338, Halakha 1-2.

Si la personne n’est pas en mesure de parler, récitez ce passage et qu’elle dise : Amen !

5. Faites-lui réciter le Chéma' Israël :

Chéma’ Israël, Ado-nay Élo-hénou, Ado-nay É’had !

Si la personne n’est pas en mesure de parler, récitez ce passage et qu’elle dise : Amen !

Ensuite :

Baroukh Chèm Kévod Malkhouto Lé'olam Va'èd !

Ado-nay Hou Haélo-him, Ado-nay Hou Haélo-him !

Ado-nay Mélèkh, Ado-nay Malakh, Ado-nay Yimlokh Lé'olam Va'èd !

6. Si la personne est sur le point de quitter ce monde, il est interdit de la laisser seule.

Voir Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 339, Halakha 4.

7. Dans la mesure du possible, il est bien d’allumer une bougie à la tête du lit [pas le jour du Chabbath ou des fêtes].

Voir Guécher Ha’haïm, chapitre 2, page 46.

8. Au cas où, il faut tout faire pour dissuader la personne de penser à une crémation [incinération] et s’il le faut, lui faire changer d’avis [faites ce qu’il faut pour que ce soit, légalement, recevable].

9. Au moment du décès, dans la mesure du possible, il est bien d’ouvrir les fenêtres.

Voir Guécher Ha’haïm, chapitre 2, page 46.

10. Si vous remarquez que les médecins procèdent à des interventions euthanasiques, "activez" le signal d’alarme.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur