Aujourd'hui à Paris
07:18 : Mise des Téfilines
08:28 : Lever du soleil
12:41 : Heure de milieu du jour
16:54 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayéchev
Vendredi 11 Décembre 2020 à 16:35
Sortie du Chabbath à 17:48

Hiloulot du jour
Rabbi 'Haï Taïeb
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Faire des parties de la prière en français

Rédigé le Mercredi 8 Juillet 2020
La question de Michel A.

Bonjour,

Ai-je le droit de faire des parties de la Tefila en français pour avoir une meilleure Kavana (concentration), que ce soit les Korbanot, "Baroukh Chéamar", les Psouké Dézimra, les Brakhot du Yotser, etc. ?

Bien qu'en général je comprends bien l'hébreu et les prières, mais rien de mieux que de lire dans sa langue maternelle pour être plus fluide et sentir qu’on s’adresse et qu’on remercie vraiment Hachem, et pas simplement le dire en hébreu parce qu’il faut le dire en hébreu.

Dans le cas où c’est permis, comment faut-il prononcer les Brakhot ? "Source de bénédictions Tu es Hachem Roi de l’univers etc." ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
23223 réponses

Bonjour,

1. Si vous pensez que cela vous permettra de mieux prier, il est permis de lire la traduction de la prière [Korbanot, Baroukh Chéamar, Yotser, 'Amida, etc.], mais à condition qu'elle soit vraiment pure, parfaite et fidèle au texte de nos Sages. Sinon, vous n'êtes pas acquitté de votre obligation de prier. Pour cela, adressez-vous à une personne compétente de votre entourage.

Voir Choul'han 'Aroukh chapitre 101, Halakha 4 et Iguerot Moché, Ora'h 'Haïm, volume 4, question 70, passage 4. 

2. Cependant, de nombreux décisionnaires font remarquer qu'il n'est pas possible de permettre une telle chose pour un temps illimité.

Voir Michna Broura chapitre 101, passage 13.

3. Je vous conseille, donc, de la lire en français quelques fois par semaine. Pour les autres jours, lisez en hébreu et, par la suite, jetez un coup d’œil sur la traduction.

Si cela vous prend du temps, sachez que vos jours se rallongeront pour récupérer le temps "perdu". Voir Talmud Brakhot 54b.

Si, accidentellement, vous ne priez pas avec un Minyan, il est préférable de prier en hébreu, car de nombreux décisionnaires pensent que dans une telle éventualité, les prières sont acceptées uniquement si elles sont récitées en hébreu.

A ce sujet, voir début du commentaire du Rif sur Brakhot chapitre 2, [passage Guémara : Aval Béya'hid], Michné Halakhot, volume 2, question 74, volume 3, question 83, volume 8, question 244, volume 15, question 37 et Pisské Tchouvot chapitre 101, page 776.

A propos de la puissance des mots en hébreu même si l'on ne comprend pas leur sens, voir Biour Halakha chapitre 101, sur Halakha 4.

Votre seconde question est :

"Dans le cas où c’est permis, comment faut-il prononcer les Brakhot ? "Source de bénédictions Tu es Hachem Roi de l’univers etc." ?"

Réponse :

"Source de bénédictions" est une très bonne traduction pour le mot Baroukh.

Pour le Nom d'Hachem, A-donay, il faut dire : Maître du monde, l’Éternel [Celui Qui a existé depuis toujours, Qui existe et Qui existera pour l'éternité],

Pour tous les dérivés du Nom Elokim, il faut dire : le Tout-puissant - Maître de toutes les forces.

Voir Choul'han 'Aroukh, chapitre 5, Halakha 1, Choul'han 'Aroukh - Ora'h 'Haïm, chapitre 167, Halakha 10, Michna Broura, passages 51-53, chapitre 187, Halakha 1, Michna Broura, passage 4, Choul'han 'Aroukh Harav, chapitre 167, Halakha 13, Cha'aré Habrakha, édition 5774, chapitre 10, Halakha 6, Iguerot Moché, Ora'h 'Haïm, volume 4, réponse 40, passage 27.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN