c Question au Rav : Fausse-couche : statut de l'enfant et statut de la femme

Fausse-couche : statut de l'enfant et statut de la femme

Rédigé le Mardi 1er Septembre 2015
La question de Anonyme

Chalom Rav,

Suite à une interruption médicale de grossesse à 23 semaines (fœtus non viable avec plusieurs problèmes mentaux et physiques) :

1) Sera-t-elle considérée comme mon enfant aînée ?

2) Combien de temps après l'interruption de grossesse serai je Nidda ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27695 réponses

Bonjour,

1) Si votre prochain enfant est un garçon, il ne sera pas considéré comme un premier-né. Donc, pas de Pidyon Habène. Voir Choul'han 'Aroukh - Yoré Déa, chapitre 305, Halakha 23, Rav Ovadia Yossef dans Yabia Omer, volume 8 - Yoré Déa, question 32 et Rav Bakchi Doron dans Binyan Av, volume 2, questions 54-55.

S'il s'agit d'une fécondation extra-utérine, il faut me contacter de nouveau. Michnat Yéhochoua, chapitre 2, note 5.

Tout autre cas doit faire l'objet d'une question à un Rav compétent.

2) Etant donné que l'interruption de grossesse a eu lieu après 40 jours de gestation, vous avez le statut d'une femme accouchée. Voir Choul'han 'Aroukh - Yoré Déa, chapitre 194, Halakha 2.

Pour aller au Mikvé, il faut obligatoirement attendre 14 jours pour faire disparaître l'impureté de l'accouchement, ET 7 jours de pureté suite au sang écoulé durant l'accouchement.

Les 7 jours de pureté peuvent débuter durant les 14 jours faisant disparaître l'impureté de l'accouchement, mais la femme ne peut pas aller au Mikvé avant l'achèvement de la période des 14 jours suivant l'accouchement.

Exemple : Une femme a accouché d'une fille le dimanche 1er du mois à 10h du matin.

Si ce jour-là elle n'a plus de sang [ce qui est rarissime], elle peut faire le Hefsek Tahara ce même dimanche avant l'heure de la Chki'a.

Le lundi 2 sera le premier des quatorze jours.

Le dimanche 15 est le quatorzième jour. Elle ne peut pas aller au Mikvé avant ce dimanche soir après la tombée de la nuit.

A ce sujet, voir Choul'han 'Aroukh - Yoré Déa, chapitre 194, Halakha 1 et Taharat Habayit, volume 2, chapitre 11, Halakha 1.

3) Dans ma réponse, je ne traite pas d'une interruption de grossesse n'étant pas permise selon la Halakha, qui est une interdiction très grave.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN