Logo Torah-Box

Girafe, Cachère ?

Rédigé le Mercredi 13 Avril 2016
La question de Laurent A.

Bonjour Rav,

Peut-on manger la girafe ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38977 réponses

Bonjour,

La Cacheroute de la girafe fait l'objet d'un grand débat parmi les décisionnaires.

Dans Dévarim, chapitre 14, verset 4, la Torah énumère les espèces d'animaux terrestres qu'il est permis de consommer, ayant les sabots fendus et ruminant.

L'un des animaux cités est le "Zémère" ["Zamère"].

D'après certains de nos maîtres, il s'agit de la girafe. Voir Or Torah, année 5772, mois de Kislev, page 220-222.

Certains ne sont pas d'accord et pensent que la girafe est le fruit d'un accouplement de deux animaux non-Cachères.

Il est écrit dans certains livres : bien que la girafe présente les caractéristiques d'un animal Cachère, il n'est pas possible de consommer sa viande, car l'endroit précis où il faut passer le couteau au moment de la Che'hita, est difficilement repérable et localisable.

Cet argument n'est pas assez convaincant, car l'endroit précis est mentionné très clairement dans le Talmud ['Houlin 19b], le Rambam [Hilkhot Che'hita, chapitre 1, Halakha 5], et le Choul'han 'Aroukh-Yoré Déa, chapitre 20.

A ce sujet, voir Yalkout Yossef-Issour Véhétère, volume 2, pages 473-477 et Tsohar, volume 11, pages 262-263 et Rama sur Choul'han 'Aroukh-Yoré Déa, chapitre 82, Halakha 3 [où il est expliqué que les signes mentionnés dans la Torah ne sont plus suffisants pour permettre un animal à la consommation].

De nos jours, et ce, jusqu'à la venue de Eliyahou Hanavi, il ne faut pas manger la viande de girafe, étant donné que nous disposons Baroukh Hachem de plusieurs types de viandes de très bonne qualité à propos desquelles il n'y a pas de doute concernant leur Cacheroute.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Réussir l'étude de la Guemara

Réussir l'étude de la Guemara

Un guide pratique qui fournit les outils nécessaires à l'étude et l'enseignement de la Guémara. 

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN