Aujourd'hui à Paris
05:24 : Mise des Téfilines
06:37 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:14 : Coucher du soleil
22:05 : Tombée de la nuit

Paracha Réé
Vendredi 14 Août 2020 à 20:49
Sortie du Chabbath à 21:58
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Haman était "Evèd Kéna'ani" et donc juif ?!

Rédigé le Lundi 7 Mars 2016
La question de Elia S.

Bonjour Rav,

Le Manot Halewi rapporte que Mordékhaï sauva Haman et ses 6000 troupes de la famine causée par le gaspillage d'Haman de ses réserves de nourritures.

Haman accepta l'aide de Mordékhaï en échange de devenir son esclave un jour par semaine jusqu'à la fin de sa vie.

Donc, si Mordékhaï ne se prosternait pas devant Haman, c'est parce qu'un maître ne s'incline pas devant son esclave !

Le 'Hatam Sofer explique qu'en tant qu'esclave de Mordékhaï, Haman était un 'Evèd Kéna'ani.

Or, la Torah n'autorise à un juif de posséder un esclave Goy que s'il est circoncis et soumis aux respects des Mitsvot, au même titre que les femmes juives (Yébamot 46a et 47b), et, même libéré, il conserve l'obligation immuable d'accomplir les Mitsvot.

Donc le 'Evèd Kéna'ani a le statut d'un juif.

Haman peut-il donc être considéré comme juif ?

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
5116 réponses

Chalom Ouvrakha,

Excellente question.

Le 'Hatam Sofer que vous citez donne lui-même la réponse en affirmant que Haman était juif, et il explique cela avec le verset de la Méguila "Ki Higuid Lahèm Achèr Hou Yéhoudi" "car il [Mordékhaï] leur a dit qu'il était juif". En fait, il s'agit de Mordékhaï qui raconte à son entourage que Haman était juif !

Le Sifté Tsaddik s'est lui aussi posé la même question, et il se refuse d'admettre qu'il y ait une possibilité qu'Haman fut circoncit, car cela serait invraisemblable. Par contre, il envisage que Mordékhaï ait vu par Roua'h Hakodèch (vision prophétique) qu'il devait réaliser cet acte de possession, même si Haman refusa de se circoncire. Voir Da'at Zkénim Miba'alé Hatossfot, au début de Parachat Toldot 25, 25.

Le Rav de Gour (Imré Emet) répond d'une manière très simple : la Guémara (Yébamot 48b) nous dit que l'on peut laisser traîner ce devoir pendant un an, et il est donc tout à fait probable que Mordékhaï ait préféré donner un an à Haman, ou qu'Haman ait fait traîner les choses pendant un an.

Kol Touv, et Pourim Saméa'h !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA