Aujourd'hui à Paris
04:16 : Mise des Téfilines
05:47 : Lever du soleil
13:52 : Heure de milieu du jour
21:57 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Béhaalotékha
Vendredi 21 Juin 2019 à 21:39
Sortie du Chabbath à 23:04


Hiloulot du jour
Rabbi Israël Abi'hssira (De Colomb-Bechar)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Je fais rentrer Chabbath plus tôt, qu'en est-il de ma femme ?

Rédigé le Lundi 13 Mai 2019
La question de Réouven C.

Kvod Harav,

Lorsque le mari prend sur lui Chabbath avant l'allumage de Chabbath, la femme prend-elle automatiquement Chabbath sur elle également ?

Quels sont les différents avis et la Halakha pour Séfarades et Ashkénazes ?

Merci par avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
15242 réponses

Bonjour,

Apparemment, il s’agit de la période de l’année où le Chabbath rentre assez tard et le mari préfère accueillir le Chabbath assez tôt, afin de permette à tous les enfants d’assister au repas.

Pour les Séfarades

A. Si le mari a pris sur lui le Chabbath en priant au Beth Haknesset : sa femme n’a pas l’obligation de cesser toute activité interdite, tant que l’heure de l’allumage des bougies n’est pas arrivée.

Voir Halakha Broura, volume 15, pages 401-403.

Dans cette référence, Rav David Yossef rapporte, tout de même, une série de décisionnaires adoptant une attitude rigoureuse [page 402, note 185].

Dans l’ouvrage Ma’ayan Omer, volume 2 [éditions 5768 et 5777], page 9, on a posé cette question au Rav Ovadia Yossef.

Sa réponse fut : « Ce que fait le mari n’a pas d’influence sur sa femme ».

B. Il en est de même s’il a pris sur lui le Chabbath sans avoir prié avec toute la communauté : elle a, encore, le droit de faire des travaux interdits, tant que l’heure de l’allumage des bougies n’est pas arrivée.

Voir Yalkout Yossef [nouvelle édition - 5771], chapitre 263, pages 187-189.

Pour les Ashkénazes

A. Si le mari a pris sur lui le Chabbath en priant au Beth Haknesset : de nombreux décisionnaires pensent qu’elle doit obligatoirement cesser toute activité interdite. Alors que d’autres pensent qu’elle n’en n’a pas l’obligation, tant que l’heure de l’allumage des bougies n’est pas arrivée.

Voir Chévet Halévi, volume 7, réponse 35, Iguerot Moché, Ora’h ‘Haïm, volume 3, réponse 38 [avec certaines nuances], Michna Broura, édition Dirchou, chapitre 263, passage 51, note 58, Chmirat Chabbath Kéhilkhata, chapitre 46, Halakha 7, Pisské Techouvot [nouvelle édition - 5771], chapitre 263, passage 37, Halakha Broura, volume 15, pages 401-403, et d’autres références dans Yalkout Yossef [nouvelle édition - 5771], chapitre 263, pages 188-189.

B. Si le mari a pris sur lui le Chabbath sans avoir prié avec toute la communauté : il s’agit, également, d’une très grande discussion. Les uns adoptent une attitude permissive [Iguerot Moché, Ora’h ‘Haïm, volume 3, réponse 38], alors que les autres interdisent [Chévet Halévi, volume 7, réponse 35].

Voir, également, Pisské Techouvot [nouvelle édition - 5771], chapitre 263, passage 37 et Michna Broura, édition Dirchou, chapitre 263, passage 51, note 58.

Pratiquement :

La table est dressée devant vous, vous pouvez vous servir de ce que bon vous semble.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur