Aujourd'hui à Paris
06:18 : Mise des Téfilines
07:21 : Lever du soleil
13:53 : Heure de milieu du jour
20:26 : Coucher du soleil
21:12 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 10 Avril 2020 à 20:17
Sortie du Chabbath à 21:27


Hiloulot du jour
Rav Chalom Messas
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Le petit autiste Chmouel, 9 ans et prophète ?!

Rédigé le Jeudi 29 Mai 2014
La question de Jordan B.

Chalom Rav,

Je voulais savoir si vous aviez entendu parler du message du petit Chmouel qui se dit être le Guilgoul de Chmouel Hanavi ?

Je voudrais connaître votre avis. Faut-il diffuser son message ?

Dans l'espoir d'une réponse rapide.

La réponse de Rav Yehiel BRAND
Rav Yehiel BRAND
514 réponses

Bonjour,

Le commentateur médiéval "Rachba", dans la réponse 548 de son premier livre de commentaires, rapporte plusieurs cas du genre et reste sceptique à leur égard.

Il en ressort qu’il n’y a pas lieu de se conduire d’après les dires d’une personne de ce genre.

Ces phénomènes ont existé dans chaque génération, d’une manière ou d’une autre. Certains messages répètent ce que chaque juif religieux connait ; à nous de suivre ces conseils que nous connaissons par la Torah.

Le fait qu’ils soient dits de façon spectaculaire impressionne, et pourraient amener ceux qui doutaient d’une réalité du monde de l’esprit, d’âmes, de messages de l’au-delà, voire de la prophétie, à reconsidérer leur ignorance et leur athéisme. Ces messages nous touchent d’autant plus qu’ils sortent de la bouche des enfants qui n’ont pas fauté, dans une forme apparemment pur et simple, honnête et naïve, sans mélange de magouilles, intérêts et arrière-pensées.  En ce sens, ces messages font effectivement fonction de salubrité publique.

Mais, les "prophéties" qui sortent de la bouche des "enfants" et des "sans-raison" sont problématiques. Le Talmud mentionne des "petites prophéties" des enfants, et il y a une discussion à savoir si elles ne sont utilisables qu’à titre de confirmation après avoir déjà pris une décision, ou si l'on peut leur donner crédit avant la décision finale (voir Michné Torah, Akoum, 11, 5 et Raavad).

Un Sage a associé à sa décision une expression "prophétique" d’un homme à qui manquait la raison (Baba Batra 12b) ; la Guémara ne nous indique pas pour autant que ceci serait une obligation.

Un Sage a "téléguidé" une "folie" et son "exorcisme" (Méilah 17b), mais il ne nous a pas conseillé de l’imiter, et encore moins de penser que cela nous oblige.

Il me semble que nous ne possédons pas de versets du Tanakh ou de passages dans la Guémara qui imposent de se laisser guider dans notre vie par des enfants "branchés", et qui disent des 'Hidouchim, encore moins de les considérer comme "prophètes", que D.ieu nous protège d’une telle idée aberrante.

Les prophètes ne furent, à l’époque du premier Temple, reconnus comme tels qu’après avoir passé des tests extrêmement graves et pertinents, devant les Sages, comme l’écrivent le Rambam et le Rachba, mais rien de tel n’a été fait, et ne peuvent être faits, chez les autistes.

Les messages qu’ils reçoivent éventuellement de "l’au-delà" ne leur confèrent pas un cachet de vérité, car "là-haut" circulent autant de faux messages que de vrais (voir Rois I, 21, 19-23 ; Chroniques II, 18, 18-22 ; Sanhedrin 89a ; Jérémie 23, 28-29), et fixer notre conduite selon leurs dires pourrait amener à des aberrations, comme disent les sages.

Que D.ieu nous aide à ne pas se tromper et qu’Il nous aide à faire Téchouva sur toutes nos fautes.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yehiel BRAND
Projet dédié par un généreux donateur