Aujourd'hui à Paris
06:42 : Mise des Téfilines
07:43 : Lever du soleil
13:04 : Heure de milieu du jour
18:25 : Coucher du soleil
19:10 : Tombée de la nuit

Paracha Terouma
Vendredi 28 Février 2020 à 18:13
Sortie du Chabbath à 19:21


Hiloulot du jour
Rav Nathan Tsvi Finkel (Saba De Slabodka)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Ma'asser sur les fruits et légumes

Rédigé le Lundi 28 Avril 2014
La question de Maurice T.

Bonjour Rav,

Comment fait-on pour prélever le Ma'asser des fruits et légumes achetés en Israël ? Et comment procède-t-on lorsqu'on est en France et que l'on consomme des fruits et légumes provenant d'Israël ?

La réponse de Rav David PITOUN
Rav David PITOUN
139 réponses

Bonjour,

Le prélèvement des fruits et légumes importés d'israël en dehors d'Israël fait l'objet d'une divergence d'opinion Hilkhatique.

En effet, Maran, l'auteur du Choul'han 'Aroukh, tranche (Y.D chap. 331-12) selon les Richonim (décisionnaires médiévaux) qui pensent que dès lors où un fruit d'Israël est destiné à être exporté en dehors d'Erets Israël et qu'il est consommé en dehors d'Israël, il est exempt de tout prélèvement.

D'autres décisionnaires - comme le Gaon auteur du 'Hazon Ich - contestent cette opinion et tranchent qu'il faut malgré tout prélever (sans réciter de bénédiction).

Mais notre grand maître, le Rav Ovadia Yossef - dans son livre Chout Yabi'a Omer (vol.10 sect. Y.D chap. 46), ainsi que dans son livre 'Hazon Ovadia-Téroumot Ouma'assrot (page 44) - réfute l'opinion du 'Hazon Ich sur ce point, et maintient la décision de Maran l'auteur du Choul'han 'Aroukh, selon laquelle il n'est pas nécessaire de prélever le Ma'asser sur les fruits et légumes importés d'Israël en dehors d'Israël, lorsqu'ils étaient destinés à cela.

Même si l'on a seulement le doute sur la véritable destination d'un fruit d'Israël se trouvant en dehors d'Israël, on doit adopter la souplesse sur ce point puisque le prélevement du Ma'asser de notre époque n'est plus une ordonnance de la Torah mais uniquement une institution de nos maîtres, et dans ce genre de doute nous allons à la souplesse (Séfeka Dérabanane La-Koula). 

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav David PITOUN
Projet dédié par un généreux donateur