Aujourd'hui à Paris
07:22 : Mise des Téfilines
08:33 : Lever du soleil
12:43 : Heure de milieu du jour
16:53 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayichla'h
Vendredi 13 Décembre 2019 à 16:35
Sortie du Chabbath à 17:49

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Ne pas divulguer le prénom du bébé avant la Brit

Rédigé le Vendredi 16 Décembre 2016
La question de Hana C.

Bonjour Rav,

Pourquoi est-ce un problème de divulguer le nom d'un enfant avant la Brit Mila ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
17404 réponses

Bonjour,

Il y a trois raisons essentielles expliquant pourquoi le prénom ne doit être attribué qu’après la Brit Mila.

Avant la Brit Mila, on ne dévoile pas le futur prénom du bébé pour la raison qui est mentionnée à la fin du paragraphe suivant, et, aussi, du fait que lorsque le prénom est connu, c'est une forme de nomination [et, comme cela est mentionné ci-dessus, on nomme le bébé uniquement après la Brit Mila].

1. Première raison

Le prénom de l’enfant est d’une importance majeure. Parfois, et même assez souvent, il peut influer sur sa personnalité - voir Talmud Yoma 83b, « Rabbi Meïr Hava Dayik Bichma », Midrash Tan’houma sur Parachat Haazinou « Léolam Yivdok… » et Otsar Haberit, volume 1, pages 317-368. Nos maîtres disent que la Néchama et la Brakha réservées à l’enfant sont liées d’une manière très étroite avec le prénom que ses parents lui attribueront.

Avant la Brit Mila, l’enfant n’est pas encore propre à bénéficier de ce qui lui est réservé.

On attend, donc, d’accomplir cette Mitsva pour qu’il soit digne et en mesure d’en bénéficier.

Divulguer le prénom de l’enfant - à un moment où il est encore fragile, vulnérable, et sans défense - peut attirer sur lui le mauvais œil et lui causer certains préjudices. Voir Véyikaré Chémo Béisraël, page 69, Chémot Baarets, page 65 et Avné Yachfé, Yoré Déa, volume 1, fin de la réponse 196.

2. Seconde raison

Avant la Brit Mila, l’enfant est encore lié à une certaine impureté. Une partie de sa Néchama ne peut absolument pas investir son corps. L’enfant est, donc, défaillant et inachevé.

Il n’est pas possible de lui attribuer un prénom puisqu’il ne correspond pas encore à sa vraie personne.

3. Troisième raison

L’attribution du prénom est une forme de prière adressée à Hachem. On souhaite que ce prénom soit celui de l’enfant jusqu’à 120 ans et qu’il ne connaisse pas de situation où il sera conseillé de le lui changer ou de lui en rajouter un autre.

Pour cela, on attend la Brit Mila, qui est un moment propice, pour mériter que les prières soient exaucées.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur