Logo Torah-Box

Obligé de se marier 3 jours après la conversion ?!

Rédigé le Mardi 3 Janvier 2023
La question de Anonyme

Boker Tov monsieur le rabbin,

Je m'interroge avant une conversion au judaïsme sur certaines Mitsvot. Entre autre, le mariage.

Je n'ai jamais été mariée, et j'ai cru comprendre que, trois jours après la conversion, il faut se marier.

Je sais que cela fait partie des Mitsvot, mais, pour une personne n'ayant jamais été mariée et dans la quarantaine, est-ce une obligation ?

Cordialement.

La réponse de Rav Yona GHERTMAN
Rav Yona GHERTMAN
125 réponses

Chalom,

Il n'y a aucune obligation de se marier trois jours après la conversion. Vous avez peut-être fait une confusion avec le cas d'un couple venant de se convertir. Dans un tel cas, la loi stricte est d'attendre trois mois entre la date de la conversion et le mariage, bien qu'en certaines circonstances, le Beth-Din peut recommander de procéder au mariage le plus vite possible afin que le couple ne vive pas dans la transgression après la conversion (cf. Choul'han 'Aroukh Yoré Déa 269, 9, Hékhal Chlomo, Ibid., p. 125, note 51, Yabi'a Omer 9, Even Ha'ézer 17 et Y. Ghertman, La conversion au judaïsme, une identité juive en devenir, p.101).

En ce qui concerne l'obligation de se marier, cela dépend s'il s'agit d'un homme ou d'une femme. Un homme juif a clairement l'obligation de se marier, même s'il a déjà accompli la Mitsva de procréer (Choul'han 'Aroukh Even Ha'ézer 1,1 et 1,8). En ce qui concerne une femme juive, cela fait débat s'il s'agit d'une stricte obligation ou "juste" d'une attitude fortement recommandée (cf. Rama, Even Ha'ézer 1, 13 et 'Aroukh Hachoul'han Even Ha'ézer 1, 3).

Par conséquent, il n'est pas possible pour un homme de se convertir s'il ne veut pas se marier après sa conversion. En effet, cela rentrerait dans le cas de celui qui prend sur lui de respecter toutes les Mitsvot à l'exception d'une Mitsva. Or, dans un tel cas, la conversion n'est pas valable (cf. Békhorot 30b, Issouré Bia 14, 8, Michnat Haguer, Hilkhot Guérim 2, 11-12). En revanche, il est possible qu'un Beth-Din accepte la conversion d'une femme dans ce cas, étant donné qu'il y a débat sur le caractère obligatoire de la chose.

Cependant, il est important de préciser ici qu'en tout état de cause, une vie juive se vit en étant marié(e), en famille. La Torah n'est pas un jeu "individuel" mais "collectif". Même une femme qui ne serait plus en âge de procréer "gagne" à être mariée et à soutenir son mari dans son étude de la Torah. Elle en tire un mérite incommensurable (cf. Sota 21a).

Je reste à votre disposition pour toute question, ou toute précision concernant une éventuelle procédure de conversion.

Kol Touv.

Echet Haïl Aujourd’hui souple

Echet Haïl Aujourd’hui souple

Partir à la découverte de la Echet ‘Haïl, c’est partir à la découverte de soi-même. À la fois puissant et inspirant, cet ouvrage remarquable conduira chaque femme à comprendre comment la Torah l’aide à tracer sa propre voie.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yona GHERTMAN