Logo Torah-Box

Pessa'h : adopter les coutumes de mon mari ?

Rédigé le Mercredi 9 Avril 2014
La question de Rahel M.

Bonjour Rav,

Je viens de me marier depuis une semaine maintenant Baroukh Hachem. Je suis issue d'une famille Séfarade tunisienne, et mon mari est Séfarade algérois... Je me pose des questions concernant le déroulement de la fête de Pessa'h, car mon mari est issu d'une famille non-religieuse et n'a donc pas de coutume concernant cette fête-là :

1) Puis-je continuer à manger du riz pendant Pessa'h ? Et lui ?

2) Concernant le Msoki, puis-je le faire sachant que lui n'a pas la coutume d'en manger ?

La réponse de Rav Avner ITTAH
Rav Avner ITTAH
376 réponses

Chalom,

Lorsque la femme se marie, elle change ses coutumes et prend automatiquement toutes les coutumes de son mari, comme cela est expliqué dans le livre Pisské Techouvot (chap 468, 4).

Puisque vous êtes nouveaux mariés, même si votre mari a la coutume de ne pas manger de riz (selon la coutume algéroise de ses ancêtres), il pourra, sans faire Hatarat Nédarim, manger du riz, comme cela est expliqué dans ’Hazon Ovadia Pessa'h (page 85), et, de ce fait, vous aussi.

En ce qui concerne le Msoki, il existe chez les communautés Ashkénazes une abstention de tremper la Matsa dans de la sauce ou de la soupe etc. C’est là le seul problème à relever dans le Msoki.

Chez les Séfarades, la coutume est de tremper la Matsa.

Même s'il n’a pas la coutume d’en manger, vous pourrez donc lui en préparer. Bien sûr, il est souhaitable de préparer les repas de fêtes que votre mari préfère.

'Hag Saméa'h !

Mékorot / Sources : Pisské Techouvot, 'Hazon Ovadia.
Lois & Récits de PESSAH

Lois & Récits de PESSAH

Comprendre le sens et appliquer les lois de Pessa'h, fête fondamentale du peuple Juif : l'histoire complète de la sortie d'Egypte, conseils & 300 questions-réponses pour le soir du Séder,...

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avner ITTAH