c Question au Rav : Pourquoi certains interdisent la lecture de Téhilim le soir ?
Projet dédié par un généreux donateur

Pourquoi certains interdisent la lecture de Téhilim le soir ?

Rédigé le Mercredi 25 Mars 2020
La question de Sigal K.

Bonjour,

Pourquoi certains Rabbanim soutiennent qu’il ne faut pas lire de Téhilim le soir ?

Merci d’avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27297 réponses

Bonjour,

Mettons, tout d'abord, les choses au clair :

Le fait de ne pas lire des Téhilim durant la nuit n'est pas une Halakha mais une coutume Kabbalistique ayant son origine dans les écrits du Ari zal.

Voir Cha'ar Hatsiyoun, passage 1 sur Choul'han 'Aroukh, chapitre 238.

Certains de nos maîtres trouvent un appui à cela dans le Midrash.

D'après certains de nos maîtres, la restriction n'est plus en vigueur après l'heure de 'Hatsot de la nuit.

Certains de nos maîtres affirment que :

La restriction n'est pas en vigueur si on lit, également, la traduction de certains versets ou si l'on étudie les commentaires sur certains versets,

La restriction Kabbalistique touche, uniquement, les autres livres de la Bible mais pas les Téhilim,

La restriction s'adresse, uniquement, à ceux qui peuvent étudier d'autres textes,

La restriction concerne uniquement ceux qui LISENT des Téhilim mais non ceux qui PRIENT EN RÉCITANT DES TÉHILIM,

La restriction n'est pas en vigueur si l'on prie pour un malade bien particulier,

La restriction n'est pas en vigueur dans la nuit du jeudi au vendredi et dans la nuit du Chabbath [et des fêtes].

La raison de la restriction !

Nos maîtres en Kabbale affirment que la lecture des versets de la Bible, durant la nuit, éveille la rigueur divine.

Explication :

La Torah écrite [la Bible] regroupe toutes les actions que l'on doit accomplir [les Mitsvot positives] et toutes celles que l'on doit s'empêcher de faire [les Mitsvot négatives].

La Torah orale regroupe toutes les EXPLICATIONS concernant ces Mitsvot.

La nuit est une période de rigueur [enseignement connu mais à propos duquel je ne suis pas en mesure d'apporter des explications].

Donc, en lisant la Torah écrite [la Bible], regroupant l'ensemble des Mitsvot, durant la nuit où la rigueur divine plane sur le monde, cela risque de ne pas être trop bénéfique pour ceux qui n'ont pas, encore, été libérés d'entre les mains du mauvais penchant et qui ne se sont pas séparés de leurs mauvaises habitudes.

La Torah orale est l'explication de cette Torah écrite. Selon la Kabbale, son étude n'entraîne pas de conséquences négatives car elle prouve que nous avons l'envie de bien comprendre le sens des Mitsvot afin de mieux les accomplir.

Références : Tov Léhodot [Rav Yehouda Treïttel Sameet], pages 439-455, Cha'ar Hamitsvot, Parachat Vaét'hanan, page 35b, Birké Yossef, chapitre 238, passage 2, Or Israël, Monsey, volume 16, pages 130-136, Ben Ich 'Haï, année 1, Parachat Pekoudé, Halakha 7, Divré Sofrim - Kitsour, édition 5761, chapitre 62, note 3, Vayachov Hayam, volume réponse 6 et volume 3, réponse 19, Yaskil 'Avdi, volume 4, Kountrass, paragraphe 2, passages 7-8, Kaf Ha'haïm, chapitre 1, passage 15, Markevot Argaman, volume 2, réponse 32, note 2.

Une très belle explication [n'expliquant pas l'interdiction] :

La Torah écrite s'étudie la journée, car, sans lumière, elle n'est pas visible,

La Torah orale s'étudie la nuit, car, pour écouter, la lumière n'est pas nécessaire.

Voir commentaire du Radal sur Pirké Derabbi Eliézer, chapitre 46, passage 10, rapporté dans Or Torah, année 5756, volume 336, page 259.

Pour d'autres détails, voir l'extraordinaire développement dans Tov Léhodot [Rav Yehouda Treïttel Sameet], pages 439-455, Yabi'a Omer, volume 6, Ora'h 'Haïm, réponse 30, Or Torah, année 5734, volume 77, page 254, Or Ha'haïm sur Parachat Haazinou, chapitre 32, verset 2.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur