Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:18 : Mise des Téfilines
05:49 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
21:58 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Kora'h
Vendredi 1er Juillet 2022 à 21:39
Sortie du Chabbath à 23:03
Afficher le calendrier
Vidéo Importante
Torah-Box & vous
Lundi 27 Juin 2022

Quand faire "Chéhakol" sur du vin ?

Rédigé le Dimanche 8 Mai 2022
La question de Réouven C.

Kvod Harav,

A part le Rambam, pourriez-vous préciser quels sont les principaux Richonim et A'haronim qui considèrent que la Brakha sur le vin Mévouchal est Chéhakol ?

J'ai aussi entendu que, d'après un avis minoritaire, l'ajout de sulfites (qui est le cas de la grande majorité des vins) rendrait le vin Chéhakol.

Pourriez-vous préciser quels décisionnaires vont d'après cet avis ?

Merci par avance.

La réponse de Rav David COHEN
Rav David COHEN
219 réponses

Chalom,

Le Rambam n’écrit pas que le vin est Chéhakol [voir Beth Yossef Siman 202,1 qui justement repousse l’avis qui explique le Rambam ainsi], car le Rambam s’est prononcé uniquement concernant le fait de faire Kiddouch sur un vin Mévouchal (et il se peut d’ailleurs que le Din soit différent de nos jours même selon le Rambam).

Il est vrai que certains Richonim (Rav 'Haï Gaon, Rif, Rachi, Rach) pensent que l’on récite Chéhakol sur un vin Mévouchal.

Mais la Halakha n’a pas été retenue ainsi.

[Voir Choul'han 'Aroukh 202,1 qui a retenu l’opinion majoritaire qui considère de faire Haguefen sur un vin Mévouchal, et ainsi est la Halakha à retenir sans craindre le principe de "Safek Brakhot Léhakel", étant donné que même selon l’opinion qui pense qu’il convient de réciter Chéhakol on sera acquitté si on récite "Haguéfen" puisqu’il s’agit tout de même d’un vin, et tant que la bénédiction récitée n’est pas un mensonge, on est acquitté a posteriori (voir Michna Beroura 204,60 et 206,3…).]

Concernant l’ajout de sulfite dans le jus de raisin, il existe effectivement un avis qui pense que l’on devra réciter Chéhakol, car ce jus de raisin ne pourra pas fermenter et devenir du vin (Chvout Its'hak Pessa'h 11,3). Cependant, l’avis de la majorité des décisionnaires est de considérer que ce jus de raisin reste Haguefen, puisqu’il avait la possibilité à un moment donné de devenir du vin [Min’hat Chlomo Tome 1 Siman 4 ; Min'hat Its'hak Tome 8 Siman 14 ; Chevet Halévi Tome 9 Siman 58…].

De plus, de nos jours, même après avoir rajouté du sulfite dans la bouteille, il reste une possibilité que le jus de raisin fermente, c’est pourquoi il reste Haguefen même selon Rav Elyashiv [Voir Halikhot Brakhot Tome 2 page 2/3] ; à moins que le jus de raisin soit du jus de raisin concentré, auquel cas il deviendra Chéhakol, car après l’avoir fait chauffer, il perd son statut de vin (Halikhot Mo'èd tome 2 page 10 au nom du Or Létsion et du Choul'han Chlomo).

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav David COHEN