Quand l'obligation de nourrir ses animaux avant soi-même est en vigueur ?

Rédigé le Lundi 19 Octobre 2020
La question de Kevin L.

Chalom,

L'obligation de nourrir ses animaux avant de se nourrir soi-même, c'est juste pour les repas avec du pain qu'on fait ou même une petite collation ?

Merci.

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
6453 réponses

Chalom Ouvrakha,

Le sujet fait l'objet d'une grande discussion, et cela parait être une contradiction entre les propos de la Guémara Brakhot 40a et Guitin 62a [voir Da'at Torah 167-6, Echel Avraham Sé'if Katan 18, Nichmat Adam, Pé'oulat Tsadik tome 3-66, Sdé 'Hémèd Ma'arékhèt Alef Klalim Péat Hassadé note 91, page 268, et autres].

Le Beth Yossef [167-6] est d'avis qu'il est interdit de goûter un aliment avant d'avoir servi ses animaux [voir Chvout Ya'acov 3-13, Ktav Sofer Ora'h 'Haïm 32, Guitin 62a]. Cet avis est d'autant plus fort, puisque le verset duquel nous déduisons cet interdit nous parle de "manger".

D'autres sont d'avis qu'effectivement, l'interdit n'inclut pas une collation [Taz 167,7, voir Béèr Hétev Sé'if Katan 9 et il déduit cela des propos de la Guémara Brakhot 40a ; tel est l'avis du Mor Ouktsia sur place et du Chévet Sofer Siman 40].

Enfin, d'autres ont fait un compromis, et cela dépendra de l'intention de la personne. Si elle a l'intention de goûter et pas plus, cela est permis, mais si son intention est de continuer [comme un buffet, ou un appéritif, par exemple] et de fixer un repas par la suite, cela est interdit [Nichmat Adam 5-11 Sé'if Katan 11, voir Sdé 'Hémed tome 1, page 37]. Nous retrouvons cette même idée dans plusieurs Halakhot [voir Cha'ar Hatsioun 639,29].

Il faudra s'appliquer à l'avis du Beth Yossef et ne pas goûter ou réaliser une collation avant de donner à manger à l'animal, comme on le sous-entend des propos du Michna Beroura [167,40]. De plus, certains sont d'avis que cette obligation est Toraïque.

Je profite de l'occasion pour vous rapporter les propos du Biour Halakha [334-1] qui nous rapporte que, pendant Chabbath, cette obligation inclut aussi la Sé'ouda Chlichit ! Certains contestent cette opinion, car l'animal n'a pas plus de besoin le Chabbath [Chmirat Chabbath Kéhilkhata 41, note 19 et autres].

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA