Comment se fait-il que lorsqu'une personne fait du mal, Hachem la sanctionne mida kénéguède mida (c'est-à-dire avec précision, sans en rajouter) ; alors que lorsqu'elle fait du bien, Il la récompense très largement (Il lui donne cinq cent fois plus que le bien qu'elle a fait) ? De nos jours, où nous n'avons plus de prophètes, pouvons-nous voir le principe de mida kénéguède mida s'appliquer dans nos vies (c'est-à-dire comprendre en quoi nous avons nous-mêmes causé ce qui nous arrive) ? Réponse à travers un passage de Michna.