On a tendance à considérer la destruction du Beth Hamikdash comme un événement historique certes très douloureux, mais sans réaliser de toutes les conséquences qu'a eu ce terrible événement. Comme l'explique le Maharal dans son Séfer Nétsa'h Israël, au premier chapitre, le Maharal définit la galout (l'exil), et il montre que l'exil est bien plus qu'une dispersion géographique: il est le passage d'un état naturel à une situation anormale. Comment comprendre ces étonnants propos ? Selon ce même commentateur, qu'est-ce que la guéoula chéléma (délivrance totale), et en quoi est-elle liée aux notions d'union et de émouna (foi en Hachem) ?