Pour pouvoir prophétiser, un prophète a nécessairement besoin d'être joyeux. Comment, par conséquent, le prophète Jérémie a-t-il pu prophétiser à un moment aussi triste et douloureux que celui de la destruction du Beth Hamikdash ? En quoi le jour du 9 Av est-il une fête ? Comment faire en sorte que ce jour, qui est le plus triste de l'année, devienne réellement un jour de joie ? En quoi les lois de l'après-midi de Ticha Béav nous aident-elles à espérer la délivrance ? Réponse à travers des propos de Rav Yonathan Eibéchits, du Rabbi de Roujine et du Keli Yakar.