La Guemara dit qu'Hachem protège les tsadikim des fautes involontaires. Pourtant, elle rapporte aussi plusieurs exemples de tsadikim qui ont fauté par inadvertance. Comment donc concilier ces deux éléments ? Que dit Tossefot à ce propos ? Pourquoi Hachem désire-t-Il particulièrement présérver les tsadikim de la consommation d'aliments non-cachères ? Réponse à travers plusieurs commentaires de Richonim.