Lors du don de la Torah, les Bené Israël ont atteint un niveau spirituel très élevé. Ils ont vu des choses extraordinaires. Pourtant, même dans un moment si grand, il y avait de la fumée... Quel est le sens de cet élément, qui semble "gâcher tout le tableau" ? Que dit le Méchekh Hokhma à ce propos ? En quoi ce commentaire montre-t-il l'importance de la plénitude ?