Imaginons que des enfants font toutes sortes de bêtises à l'école, et qu'ils en arrivent même une fois à brûler celle-ci. Par miracle, ils n'ont tué personne, mais le directeur se dit qu'il va quand même leur faire une séreuse mise en garde. Et il commence alors à leur dire: "Les enfants, il est très grave de brûler une école. Et il est aussi pas bien de jeter des papiers de bonbon parterre!". Peut-on mettre sur le même plan deux choses si différentes ? Et pourtant, c'est ce que la Torah semble faire, lorsqu'elle aborde dans un même passage des sujets pourtant très différents: l'interdiction de maudire Dieu, celle de nuire à un ami ou celle de porter atteinte à ses animaux...