Jeudi ? Quoi ? On est déjà jeudi ? Suis-je la seule à penser que les semaines sont faites de jeudis exclusivement ? Où sont passés les autres jours de la semaine ? Personnellement, je les trouve un peu trop discrets.

En d’autres termes, dans nos foyers juifs, nous vivons de Chabbath en Chabbath. Effectivement, de mercredi à samedi, nous nous souhaitons Chabbath Chalom, et de samedi soir à mardi, nous nous disons Chavou’a Tov.

Mais comment réussir concrètement à organiser son Chabbath dans la sérénité, avec le quotidien déjà bien chargé des mamans juives que nous sommes ?

5 conseils d’ordre pratique :

  1. Ne laissez rien au vendredi : Dans l’idéal, le vendredi doit être consacré aux petits préparatifs de dernière minute, comme régler la minuterie et placer la Plata. De cette façon, nous évitons une tension et une course nerveuse, qui, malheureusement, rythment beaucoup de nos foyers en cette veille de Chabbath. Profitez de vous reposer, ou vous bichonner le vendredi après-midi. Vous serez alors pleines de bonnes énergies positives pour accueillir le Chabbath comme il se doit.

  2. Echelonnez vos préparatifs de Chabbath sur toute la semaine : De nos jours, tous les mets, ou presque, supportent parfaitement la congélation. Usez, voire abusez de ce stratagème. Faites les ‘Hallot le dimanche. Lorsque vous cuisinez les viandes de Chabbath, doublez les quantités. Ainsi, vous serez tranquille pour deux semaines. Consacrez une journée par mois aux épices. Faites revenir 5 kilos d’oignons, nettoyez et vérifiez des bottes de persil, cosbore, basilic… et congelez par petites portions.

  3. Pour les mamans qui travaillent le vendredi matin, procurez-vous un crockpot : Il s’agit d’une marmite électrique que vous pouvez programmer. Vous mettez tous les ingrédients à l’intérieur le vendredi avant de partir, et le plat cuit et mijote en votre absence. Dès votre retour, vous n’avez qu’à le transvider dans un plat aluminium et le placer directement sur la Plata.

  4. Dressez la table de Chabbath depuis jeudi soir : Si, comme chez moi, votre table de la salle à manger est rarement débarrassée de par ses multiples fonctions, tantôt extension du plan de travail de la cuisine, tantôt bureau des grands, tantôt table de travaux manuels, et tantôt dépotoir de toutes les petites choses qu’on ne sait pas où ranger, votre solution est là. Posez la table de Chabbath dès jeudi. Ainsi, vous ne laisserez pas ce débarrassage de fond pour vendredi, et le fait de voir la table posée donne le ton, inconsciemment. Chabbath est pratiquement là. On s’affaire donc beaucoup plus vite.

  5. Enfin, répartissez : Il n’est écrit nulle part que tous les préparatifs liés au Chabbath incombent à la maîtresse de maison. Chaque membre de la famille doit investir de son temps pour accueillir la reine Chabbath. Lorsque j’étais enfant, mon père m’avait attribué la tâche de découper les papiers toilettes (en effet, il est interdit de couper les papiers pendant Chabbath). Pour ajouter un côté agréable à ma mission, je le faisais en écoutant une cassette d’histoires pour enfants. J’étais tellement captivée qu’on avait du papier découpé jusqu’au mardi de la semaine suivante. Cette anecdote me fait sourire, mais, plus que tout, me rappelle comment cet amour inconditionnel du Chabbath est né.

Le Chabbath est source de bénédictions. Ce moment de bonheur pur et intense, ponctué de rires, de Torah, de retrouvailles autour de repas familiaux aussi bons qu’agréables.

Quelle joie, le jeudi n’est pas loin !