Cette semaine, dans le cadre de ma profession, j’ai dû assister à une série de conférences aussi différentes qu’intéressantes les unes des autres. Néanmoins, il y en a une qui s’est démarquée, je dois dire, une qui m’a particulièrement touchée. Il s’agissait d’une conférence sur la valeur de nos parents. La conférencière racontait malheureusement qu’elle avait perdu ses parents alors qu’elle n’était qu’une adolescente. J’étais captivée par son histoire, je n’arrivais pas à décrocher mon regard d’elle. J’écoutais chacune de ses paroles, je ressentais chacune de ses émotions. Je n’avais jamais réfléchi à ce que représentait vraiment un parent, je n’avais jamais réfléchi à ce à quoi les personnes privées de cette présence, de cet amour, de cette chaleur devaient faire face. J’avais eu la chance d’en avoir deux, deux formidables et je n’avais jamais été suffisamment reconnaissante pour cela.

Toute bouleversée, je sortais de la salle de conférence. D’un geste timide, j’essuyais mes yeux humides et je me dirigeais d’un pas décidé vers ma voiture. Je voulais rectifier ces années d’ingratitude, ou du moins de non-gratitude. Je voulais écrire tout de suite à mes parents une lettre qui leur rendrait hommage, une lettre qui les remercierait pour toutes ces années, pour tous ces sacrifices et pour cet amour infini dont ils m’avaient gratifiée, malgré mon égoïste non-gratitude.

« Mes parents chéris,

Je n’ai jamais eu l’habitude de vous écrire ce genre de lettre, ni même de vous écrire tout court, mais aujourd’hui ma plume est guidée par mon cœur. Je sais que vous lirez ces lignes avec amour, le même amour qui m’a accompagnée depuis ma naissance et je sais que vous me comprendrez comme vous m’avez toujours comprise.

Je crois avoir toujours, ou presque, (sans compter mes années d’adolescence et de pré-adolescence quelque peu rebelles), été une enfant respectueuse. Mais ai-je été une enfant suffisamment aimante, ai-je été une enfant suffisamment reconnaissante ? Ai-je été l’enfant de vos rêves et vos espérances ? L’enfant que vous attendiez, l’enfant que vous vouliez ?

Aujourd’hui, je suis moi-même maman, et je sais dorénavant ce que veut dire être parent. Je sais que, depuis le jour où notre tout premier enfant, nous est posé dans le creux de nos bras maladroits et inexpérimentés, je sais que dès que nous entendons son tout premier cri perçant dans la salle d’accouchement, je sais alors que notre vie change pour toujours.

Je sais dorénavant ce que c’est que de s’inquiéter pour son enfant. Ce n’est pas l’inquiétude démesurée que nous devinons lorsque nous sommes ados, c’est bien au contraire la plus mesurée de toutes les inquiétudes. Malgré son intensité, l’inquiétude d’un parent est ce qu’il y a de plus vrai. Je m’excuse profondément pour toute cette inquiétude que je vous ai fait ressentir et surtout dont j’ignorais l’existence. Mais également je vous remercie pour cette inquiétude qui m’a tenue en sécurité.

Je sais dorénavant à quoi ressemble la prière d’un parent. Elle peut déchirer les cieux parce qu’elle provient d’un membre spécial que seuls les parents ont, ce membre que nous n’avons pas à notre naissance, et qui se crée en même temps que notre bébé voit le jour, ce membre entre le cœur et les tripes, ce membre qui nous fera vivre notre statut de parent avec passion que ce soit dans les rires ou les larmes. Mes parents adorés, vous avez ce membre-là, maintenant tout me paraît si limpide. C’est avec ce membre que vous m’avez applaudie lors de mes premiers pas, c’est avec ce membre que vous m’avez accompagnée le premier jour de la rentrée scolaire, c’est avec ce membre que vous avez séché mes larmes tant de fois, et au fur à mesure que mes yeux se séchaient, les vôtres se mouillaient, c’est avec ce membre que vous êtes venus me soutenir lors de mon discours de fin d’année. C’est avec ce membre que vous preniez ma défense lorsque j’avais des ennuis, c’est avec ce membre que vous vous portiez garant pour mes bêtises, c’est avec ce membre que vous me punissiez et me montrez votre colère et déception lorsque c’était nécessaire, c’est avec ce membre que vous m’avez donnée fièrement à mon mari et que vous avez su lâcher délicatement ma main même si vous aviez alors le cœur dans un étau. C’est avec ce membre que vous m’avez regardée avec émotion le jour où mon propre membre s’est formé dans cette salle d’accouchement. Vous saviez alors la vie qui s’ouvrait à moi, alors que moi j’ignorais tout d’elle.

Mes chers parents, je ne vous remercierai jamais assez pour la sérénité que vous m’apportez. Vous êtes mes modèles, mais bien plus que cela, vous avez tracé le chemin de ma vie, vous avez posé les pierres de façon à ce que je ne m’égare jamais. Vous m’avez construite à partir de rien. Grâce à votre amour et votre sagesse, j’ai aujourd’hui foi en moi. J’aime la personne que je suis devenue, j’aime la personne que vous avez façonnée et je peux dire aujourd’hui que tout ce que je suis, je vous le dois.

Il  n’est pas de mots suffisamment intenses pour exprimer ce que je ressens aujourd’hui. Tous ces rêves que vous avez abandonnés pour me voir accomplir les miens. Toutes ces angoisses que vous avez refoulées pour écouter les miennes, toutes ces peines que vous avez faites taire pour soigner les miennes, toutes ces respirations que vous avez retenus pour me permettre d’apprendre, de grandir, de briller. Vous avez rendu ma vie si parfaite, et aujourd’hui que je suis moi-même maman, je sais au prix de combien de sacrifices. Je veux être, pour mes enfants, le parent que vous avez été pour moi, ce parent qui ne vit que par et pour sa progéniture.

J’écris ces lignes et les larmes coulent sur mon visage. Je ne sais pas par quel mérite je suis arrivée dans votre foyer mais je remercie l’Eternel pour cette infinie bonté. Et désormais il ne se passera pas une seconde sans que mon cœur aime et mes lèvres prient « Mon D. Bénis mes parents d’une pleine santé et de longues et belles années. Inonde leur foyer de joies et gratifie-les d’une vieillesse sereine et satisfaisante dans tous les domaines. Que je puisse leur procurer bonheur et fierté et que je puisse à mon tour leur montrer mon amour et ma reconnaissance infinis. »

Merci du fond du coeur, je vous aime profondément. »