Aujourd'hui à Paris
06:22 : Mise des Téfilines
07:26 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
20:23 : Coucher du soleil
21:09 : Tombée de la nuit

Paracha Tsav
Vendredi 3 Avril 2020 à 20:07
Sortie du Chabbath à 21:15

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Avoir un garçon dans l'année de deuil

Rédigé le Mardi 23 Octobre 2018
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Mon mari a perdu sa maman il y a quelques mois et je suis enceinte d’une fille Baroukh Hachem.

Je pensais qu’il serait content que sa fille porte le prénom de sa maman, mais il me dit que, selon le Choul'han Aroukh, c’est mieux et c’est surtout une bonne Ségoula pour un endeuillé d’avoir un garçon.

Est-ce exact ?

Si oui, pouvez-vous m'en donner l'explication ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
19174 réponses

Bonjour,

1. Durant l'année qui suit l’enterrement du papa ou de la maman, la "rigueur divine" plane au dessus de la famille.

2. Certains de nos maîtres pensent qu'il en est de même pour les autres proches.

3. Il faut s’efforcer d’étudier le plus possible et d’accomplir le plus de Mitsvot et de la meilleure manière.

Voir Badé Hachoul’han, passage 28 sur Choul'han 'Aroukh, Yoré Déa, chapitre 394, Halakha 4.

4. Si un garçon naît dans la famille, c'est un bon signe et cela peut prouver que la rigueur s'est "adoucie".

Voir Choul'han 'Aroukh, Yoré Déa, chapitre 394, Halakha 4, Talmud Yéroushalmi, chapitre 3, Halakha 7, Kitsour Choul’han ‘Aroukh [Rav Chlomo Gantsfried], chapitre 215, Halakha 2.

5. Il s’agit d’une notion plus ou moins Kabbalistique.

6. Mais cela ne veut absolument pas avoir comme signification que la naissance d’une fille n’est pas une bonne chose - qu’à D.ieu ne plaise.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur