Aujourd'hui à Paris
06:22 : Mise des Téfilines
07:26 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
20:23 : Coucher du soleil
21:09 : Tombée de la nuit

Paracha Tsav
Vendredi 3 Avril 2020 à 20:07
Sortie du Chabbath à 21:15

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Avoir une fille en premier

Rédigé le Lundi 31 Décembre 2018
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Je sais qu'on souhaite toujours à un couple sans enfants "Ben Zakhar" car c'est une grande Brakha d'attendre un garçon, notamment pour la Mitsva de Brit Mila, le Pidyone Haben etc.

Mais qu'en est-il pour une fille en premier ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
19149 réponses

Bonjour,

1. Une personne ayant uniquement trois garçons a posé la question suivante :

"Que faut-il faire pour avoir une fille afin d'accomplir la Mitsva d'avoir des enfants [il faut, obligatoirement, une fille pour accomplir la Mitsva - voir Talmud Yébamot 61b] ?"

La réponse qui lui fut donnée est :

Dans le Talmud Brakhot 60a, nos Sages disent qu'il faut prier uniquement pour avoir des garçons.

Voir [Rav 'Haïm Kaniewski dans] Dérekh Si'ha, page 57.

Voir également, Baba Batra 16b, Sanhédrin 100b et Daf Al Daf sur Baba Batra 16b au nom du Gaon de Vilna.

2. Nos Sages disent que la naissance d'une fille en premier est bénéfique pour deux raisons : 1. Elle s'occupera de ses petits frères lorsque les parents ne seront pas disponibles, 2. Cela préservera la famille du 'Ayin Hara'.

Voir Talmud Baba Batra 141a.

3. Dans le Talmud Kiddouchine 82b et Sanhédrin 100b, il apparaît que l’éducation des filles est plus difficile que celle des garçons - car elles entraînent bien plus de soucis aux parents, depuis leur plus jeûne âge et même après qu’elles se soient mariées. Voir Talmud Kiddouchine 82b, édition Schottensteïn, note 9.

Mais il semblerait que, de nos jours, les choses aient changé et que même l'éducation des garçons ne soit pas une mission ne nécessitant pas d’efforts constants et des prières incessantes. Voir Yalkout Chim’oni, passage 729 sur Téhilim rapporté par Otsar Hayedi’ot - Assifat Guershon, volume 1, page 71.

Dans les références qui suivent, il apparaît, également, que la naissance d'une fille était vécue, à tort, avec un peu moins de joie que celle d'un garçon.

Talmud Nidda 31b, Talmud Moèd Katan 9a et Maharcha, Talmud Baba Batra 16b, Pélé Yoets, chapitre "Bat".

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur