Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:23 : Mise des Téfilines
08:33 : Lever du soleil
12:43 : Heure de milieu du jour
16:53 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayéchev
Vendredi 16 Décembre 2022 à 16:36
Sortie du Chabbath à 17:49
Afficher le calendrier

Changer un bébé devant des livres saints

Rédigé le Mercredi 17 Juin 2020
La question de Anonyme

Kvod Harav bonjour,

Peut-on changer un bébé dans une pièce ou il y a des livres saints (derrière une vitre/porte ou découverts), des bougies de Chabbath ou une Mézouza à l'entrée :

1. par rapport à la nudité du bébé,

2. par rapport à la saleté que l'on change,

3. l'âge du bébé importe-t-il ?

Merci d'avance et Tizkou Lémitsvot.

La réponse de Rav Nethanel GAMRASNI
Rav Nethanel GAMRASNI
452 réponses

Bonjour,

Dans la mesure du possible, il faut tout faire pour ne pas changer un enfant face aux livres saints ou aux bougies de Chabbath. S'il n'y a pas le choix, on fera en sorte de ne pas découvrir les parties inférieures du corps face aux livres, pour les deux premières raisons que vous citez.

En effet, deux problèmes se posent, le premier est celui de la couche qui est sale, et le second à cause de la nudité (voir Rama Ora'h 'Haïm 275,12, Kaf Ha'haïm sur le même chapitre, Ben Ich 'Haï année 2, Noa'h 15, Choul'han Aroukh Harav, Pisské Hasidour Hilkhot Téfilines, Otsar Dinim Laïcha Vélabat pages 49-50,6).

Changer un enfant devant une Mézouza

Maran (Yoré Dé'a lois de Mézouza chapitre 286, Halakha 5) écrit que, dans les endroits où se trouve de la "saleté" (par exemple un endroit où se trouvent des enfants pas encore propres), il est bon de couvrir la Mézouza, car celle-ci contient l’un des Noms de D.ieu à son dos, et le Pit'hé Techouva (7) d’ajouter que cette solution n’est valable que ponctuellement, mais si cette situation est régulière, alors cela n'est pas toléré, même s'il y a un verre qui recouvre la Mézouza. Par conséquent, il faudrait donc déplacer les enfants ailleurs, par exemple.

[De même, le Touré Zahav sur place explique que s'il s’agit de la chambre où se trouve un homme et sa femme, il faudrait couvrir le nom de D.ieu, car c’est là la transgression d’un interdit, comme il est écrit : "Lo Yéraé Békha 'Ervat Davar" ["Car l'Éternel, ton D.ieu, marche au centre de ton camp pour te protéger et pour te livrer tes ennemis : ton camp doit donc être saint. Il ne faut pas que D.ieu voie chez toi une chose déshonnête, car Il se retirerait d'avec toi"] (Dévarim 23,15).]

Le Yalkout Yossef (Sova' Séma'hot volume 1, pages 502, 530) explique qu’il s’agit là d’une bonne attitude à adopter et d’un comportement de piété, car, étant donné que la Mézouza est placé au-delà de 10 Téfa'him (80 cm environ), elle est considérée comme étant dans un autre Réchout (domaine). De plus, elle est enveloppée de deux enveloppes (le nylon et le boîtier). Toutefois, il est bien de la couvrir dans la chambre parentale lorsque celle-ci est placée à l’intérieur de la chambre.

Concernant l'âge, il existe plusieurs avis.

Certains sont plus permissifs en fonction de l'âge également (Chout Ma'hazé Elyahou volume 1.6, Michna Broura chapitre 81), mais plusieurs décisionnaires précisent que, tant que l'on a la possibilité de changer son enfant dans une autre pièce, salle de bain ou autre, et que l'on ne se trouve pas dans un cas de force majeure ou aucune autre possibilité n'est envisageable, il faut impérativement adopter une attitude stricte et ne pas le faire face aux livres, peu importe l'âge (voir Avné Yachfé volume 1.11, Chout Michné Halakhot volume 6.24).

Conclusion :

Il faudra s'efforcer de ne pas changer son enfant face aux bougies de Chabbath, des livres saints, ou une Mézouza, sauf s'il n'y a pas d'autres choix possibles, auquel cas on placera alors l'enfant à leur opposé, de manière à ce que sa partie inférieure ne soit pas exposée face à eux.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Nethanel GAMRASNI