Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:21 : Mise des Téfilines
08:31 : Lever du soleil
12:42 : Heure de milieu du jour
16:54 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayichla'h
Vendredi 9 Décembre 2022 à 16:35
Sortie du Chabbath à 17:48

Hiloulot du jour
Rav David Abi'hssira (Atérèt Rochénou)
Afficher le calendrier

Chidoukh : refus des parents. Cause : "physique"

Rédigé le Mardi 18 Février 2014
La question de Emma L.

Bonjour,

Si un Chiddoukh est fait entre deux personnes qui s'entendent bien, mais que les parents du côté du garçon ne veulent pas car la fille est un peu forte, est-il nécessaire de continuer le Chiddoukh, ou vaut-il mieux arrêter ?

Merci !

La réponse de Rav Avner ITTAH
Rav Avner ITTAH
345 réponses

Chalom,

Tout d’abord, il convient de rapporter les paroles de Rabbi Yéhouda Ha'hassid (né en 1115 / 4875 en hébreu) dans son livre "Séfer Ha'hassidim" chapitre 564 :

Si un père ordonne à son fils de ne pas se marier avec une fille frivole, et que son fils s’entête et désire l’épouser, il transgresse par cela l’injonction de respecter ses parents, car il leur fait honte par cet acte (Natsiv Yoré Déa, chapitre 50).

A l’image de Ya'acov, qui écouta ses parents en allant à 'Haran pour choisir sa femme, nous constatons qu’il est nécessaire d’écouter ses parents quant au choix d’un conjoint.

Ceci étant, leurs paroles doivent être prises en compte uniquement si leur argument quant au dénigrement de cette personne est un manque de crainte divine ou de pudeur. Mais si leur argument porte sur un domaine physique ou sur ses origines, le fils ne sera pas obligé d’écouter ses parents (Choul'han Aroukh Yoré Déa dans le Rama chap. 240, alinéa 25, au nom du Maarik chap. 166).

En effet, si la fille a trouvé grâce aux yeux du garçon, ils ne pourront pas l’obliger à se marier avec une fille qui leur plait à eux, et qui ne lui plait pas, et comme le dit Chlomo dans Chir Hachirim "les nombreuses eaux ne pourront pas éteindre le feu de l’amour".

Maran Harav Ovadia Yossef disait que ce n’était pas les parents qui vivraient avec cette fille et, de ce fait, si ce n’était pas justifié spirituellement, leur fils n’avait pas besoin de rompre.

Cependant, on s’efforcera de convaincre les parents par l’intermédiaire de Rabbanim pour que le garçon puisse se marier avec leur bénédiction (Yalkout Yossef Sova Sma'hot tome 1, page 31).

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avner ITTAH