Aujourd'hui à Paris
06:54 : Mise des Téfilines
08:01 : Lever du soleil
12:35 : Heure de milieu du jour
17:09 : Coucher du soleil
17:58 : Tombée de la nuit

Paracha 'Hayé Sarah
Vendredi 22 Novembre 2019 à 16:45
Sortie du Chabbath à 17:55


Hiloulot du jour
Rav Raphaël Baroukh Tolédano
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Foie gras et Tsa'ar Ba'alé 'Haïm

Rédigé le Jeudi 19 Février 2015
La question de Audrey T.

Kvod Harav,

Considérant que la Torah interdit de faire souffrir un animal, je cherche à comprendre comment est-il possible que la consommation du foie gras soit autorisée, sachant que le gavage des oies provoque très probablement de la souffrance à l'animal ?

Merci pour vos éclairements.

Kol Touv.

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
4460 réponses

Chalom Ouvrakha,

C'est une excellente question.

Pour y répondre, il faut avant tout savoir qu'en règle générale, il n'y a pas d'interdiction de causer une souffrance à un animal quelconque, si l'homme en a besoin (voir Rama Even Haezer 5, 14). Ainsi, nous pouvons chevaucher un cheval ou mettre un fardeau sur un âne (voir Teroumat Hadechen tome 2, Siman 105).

Le Choul'han Aroukh Harav (paragraphe 4 dans les Halakhot de Tsa'ar Ba'alé 'Haïm) tire comme référence de cette dérogation la permission d'exercer la Che'hita (abatage rituel).

La raison de cette règle est que l'animal a été créé pour être au service de l'homme (voir Kiddouchin 82a), et c'est ainsi que la Torah nous écrit dans Béréchit chap. 1, verset 28 "Commandez aux poissons etc." (voir Ritba traité Chabbath154b, ainsi que le 'Hatam Sofer, et Ramban traité 'Avoda Zara 13b).

Par contre, s'il n'y a pas de besoin, ou que l'on pose un fardeau trop lourd pour la bête, ou qu'on la frappe alors qu'elle n'a pas la force d'avancer etc., c'est là une grave interdiction de la Torah (voir Séfer 'Hassidim à la fin du Siman 44 et 666, ainsi que le Kitsour Choul'han Aroukh 191, 2).

Même le non-juif est concerné par cet interdit, comme nous pouvons le constater au sujet de Balak qui a frappé son ânesse et qui a été réprimandé (Balak 24, 32, et le Rabbénou Ephraïm - l'un des Tossfot - sur place, ainsi que le Guide des égarés tome 3, fin du chapitre 17).

Voilà pourquoi le gavage est autorisé, car il est exercé pour le besoin de l'être (voir Iguérot Moché Even Haezer tome 4, resp 92, Sé'if Katan 3).

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA
Projet dédié par un généreux donateur