Aujourd'hui à Paris
06:18 : Mise des Téfilines
07:21 : Lever du soleil
13:53 : Heure de milieu du jour
20:26 : Coucher du soleil
21:12 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 10 Avril 2020 à 20:17
Sortie du Chabbath à 21:27


Hiloulot du jour
Rav Chalom Messas
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Haricots verts en conserve & Bichoul Goy

Rédigé le Lundi 25 Décembre 2017
La question de David A.

Bonjour,

Il existe parmi les produits autorisés par le Consistoire des haricots verts en conserves (donc déjà cuits et mangeables tels que) sans Hékhchèr.

A ma connaissance, les haricots verts sont des légumes qui ne se mangent pas crus et sont parfois servis accompagnés de viande et riz lors de réceptions, donc qui montent à la table d'un roi.

En conséquence, pouvez-vous me confirmer qu'il y a un vrai problème de Bichoul 'Akoum ?

Merci d'avance et Kol Touv.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
19193 réponses

Bonjour,

En effet, les haricots verts sont des légumes qui nécessitent une cuisson pour être consommables et il s‘agit d’un légume qui convient à la table d’un roi. Donc, ils sont touchés par l’interdiction de Bichoul ‘Akoum.

Votre question est bien d’actualité.

La réponse est la suivante :

1. Les haricots verts surgelés

Lorsque le non-juif réalise la cuisson d’un aliment en ayant une autre intention que de le rendre consommable, l’interdiction de Bichoul ‘Akoum n’est pas en vigueur.

Les industriels portent les légumes à une température élevée pour trois raisons essentielles : 1. Eviter que des microbes et des bactéries se développent dans les emballages, 2. Inactiver et affaiblir les enzymes afin que les légumes conservent leur couleur naturelle jusqu’au moment où ils seront consommés par le client, 3. Etant donné que les légumes sont composés d’une grande quantité d’eau [environ, 30%], la congélation porte atteinte à leur belle présentation. Pour remédier à cela, ils sont portés à une certaine température afin de conserver leur texture et de ne pas perdre leur vigueur et leur beauté.

Même s’ils deviennent consommables à la suite de ce processus, l’interdiction n’est pas en vigueur.

Il est à noter, cependant, que certaines autorités rabbiniques adoptent une attitude rigoureuse et exigent que le processus soit réalisé par un juif, étant donné qu’après tout, le non-juif a l’intention de les cuire.

Voir Talmud 'Avoda Zara 38a, Chévet Hakéhati, volume 5, question 135, Mibeth Lévi, Yoré Déa, Hilkhot Maakhalé ‘Akoum, Halakha 30, Beth Hillel, volume 26, page 101, Choul'han Mélakhim, volume 1, pages 579-583 et note 9 ainsi que volume 2, page 1326.

2. Les haricots verts en conserves

Là, il s’agit d’un problème plus sérieux.

Apparemment, les autorités rabbiniques permettant la consommation des haricots verts en conserve s’appuient sur un cumul d’arguments mentionnés dans les écrits de certains décisionnaires :

1. Etant donné qu’il est habituel de compléter la cuisson avant de les consommer, l’interdiction de Bichoul ‘Akoum n’est pas en vigueur. Voir Rabbi Ovadia Hadaya dans Yasskil ‘Avdi, volume 7, Yoré Déa, question 6, passage 4, paragraphe 5, rapporté par Choul'han Mélakhim, volume 1, page 345.

Ceci est valable pour les Ashkénazes, mais, apparemment, pas pour les Séfarades. Voir Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 113, Halakha 9 et Kaf Ha’haïm, chapitre 113, passage 62.

2. Mieux que cela : selon l’auteur du Ché’arim Métssouyanim Bahalakha sur Kitsour Choul'han ‘Aroukh, chapitre 38, note 4, les céréales ayant été cuites par les non-juifs ne sont pas touchées par l’interdiction, car il est habituel de les mélanger à du lait avant la consommation. On peut dire de même pour les haricots, puisqu’il faut leur ajouter des épices. Voir Darké Techouva, chapitre 113, passage 9 et Hacacherout [Rav Its'hak Ya'acov Fooks], chapitre 19, Halakha 27 [cet argument est sujet à discussion - voir Choul'han Mélakhim, volume 1, pages 345-347].

3. Certains décisionnaires font remarquer que les légumes en « version conserve » ne seraient pas tous aussi honorables qu’en « version frais » et ne pourraient pas être présentés à un roi ou une personne importante. Voir ‘Héchev Haéfod, volume 3, question 29 et Rabbi Ovadia Hadaya dans Yasskil ‘Avdi, volume 7, Yoré Déa, question 6, passage 4, paragraphe 4.

4. Les industriels non-juifs ne réalisent pas la cuisson des légumes pour une personne bien précise. Dans une telle éventualité, il est possible d’adopter une attitude permissive. La majorité des décisionnaires ne sont pas d’accord avec l’auteur de cette opinion, mais il est possible de la prendre en considération dans certains cas. Voir ‘Hechev Haéfod, volume 3, question 29.

5. La cuisson des légumes en conserve se fait par le biais de vapeurs très chaudes qui réchauffent le liquide contenu dans les boites [fermées]. Un tel mode de cuisson n’a peut-être pas été interdit par nos Sages. Voir ‘Héchev Haéfod, volume 3, question 29.

Tout n’a pas été dit à ce sujet.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur