c Question au Rav : La légitime défense selon le judaïsme

La légitime défense selon le judaïsme

Rédigé le Mercredi 3 Février 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J'ai une question par rapport à la légitime défense dans le judaïsme.

Comment la Torah et le Talmud réglementent la légitime défense ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27685 réponses

Bonjour,

En effet, le droit de légitime défense est bel et bien prévu dans la Halakha. Voir Talmud Sanhédrin 72a, Rambam, Hilkhot Guenéva, chapitre 9, Halakha 9, Choul'han ‘Aroukh - ‘Hochen Michpat, chapitre 425, Halakha 1.

La légitime défense n’est pas envisageable lorsque ce sont des biens qui sont menacés.

Bien entendu, il y a de nombreux détails qu’il n’est pas possible de proposer dans le cadre de ces réponses.

Quelques exemples intéressants :

1. Réouven a des voisins qui « lèvent la main » sur leurs enfants d’une manière très fréquente et irréfléchie. Les enfants sont, donc, en danger. Dans certains cas, les parents ont le statut de « Rodef » - sur le point de tuer - et c’est une Mitsva de les dénoncer aux instances. Voir Nichmat Avraham, ‘Hochen Michpat, chapitre 424, passage 2 et volume 4, chapitre 388, passage 1, Halakha Ourefoua, volume 1, année 5740, page 336.

2. Une femme attend un enfant, mais, selon les médecins, si l’on n’interrompt pas la grossesse rapidement, la maman risque de payer de sa vie. Dans certains cas, l’embryon a le statut de « Rodef » - « ''sur le point'' de tuer sa maman » - et il est permis d’interrompre la grossesse. Voir Sridé Ech, volume 3, réponse 127, Rav Péalim, volume 4, Yoré Déa, réponse 14, Bichevilé Haréfoua, volume 1, année 5739, pages 69-74, Torat Hayolédet, chapitre 60, réponse 4, Tsits Eliézer, volume 9, réponse 51, Techouvot Véhanhagot, volume 2, réponse 737, Encyclopédia Hilkhatit Réfouit, volume 2, pages 760-770.

3. Il en est de même lorsque la maman attend des jumeaux et que l’un des deux met en danger la vie du second. Dans certains cas, il est « Rodef ».

4. Durant la seconde guerre mondiale, lorsque les nazis fouillaient dans les maisons, les parents se cachaient avec les membres de la famille et leur bébé. Parfois, ce dernier ne se rendait pas compte de la gravité de la situation et se mettait à pleurer. La question se posait : le bébé a-t-il le statut de « Rodef » - puisque ses cris / pleurs allaient permettre aux soldats de surprendre la famille...

L’Article 122-5 du code pénal est le suivant :

"N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte.

N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction."

L'attaque doit être injustifiée, c'est-à-dire sans motif valable, La défense doit se faire pour soi ou pour une autre personne, La défense doit être immédiate, La défense doit être nécessaire à sa protection, c'est-à-dire que la seule solution est la riposte, La défense doit être proportionnelle, c'est-à-dire égale à la gravité de l'attaque, La défense d'un bien ne doit pas avoir pour conséquence un homicide volontaire, c'est-à-dire entraîner la mort d'une personne.

Certains détails sont semblables à ceux que la Halakha mentionne.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN