Aujourd'hui à Paris
04:29 : Mise des Téfilines
05:57 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:54 : Coucher du soleil
22:54 : Tombée de la nuit

Paracha Pin'has
Vendredi 10 Juillet 2020 à 21:35
Sortie du Chabbath à 22:56
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

La raison des mauvais rêves

Rédigé le Dimanche 4 Septembre 2016
La question de Elisheva B.

Bonjour Rav,

Merci d'avance du temps que vous consacrerez à ma question.

J'aimerais savoir pourquoi il existe de "mauvais rêves" et comment expliquer à un enfant que "le bon D.ieu nous fait faire de mauvais rêves" ?

D'une part, la notion de mauvais rêves, et de l'autre, que cela vienne d'Hakadoch Baroukh Hou.

Merci d'avance.

Kol Touv.

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
4915 réponses

Chalom Ouvrakha,

Tout d'abord, il faut savoir que, lorsque l'on dort, une partie de la Néchama monte au ciel et peut percevoir des messages pour nous encourager sur notre bon comportement. Elle peut aussi percevoir le futur, et c'est ce qui nous donne un rêve prémonitoire.

En effet, de même que le sommeil est un soixantième de la mort (l'âme se détache du corps), ainsi le rêve est un soixantième de la prophétie. Voir Midrach Téhilim 11.

Aussi, dans le responsa "Méfanéa'h Né'élamim" (responsa 7), le Rav 'Hanokh Tetelbaum explique que l'homme possède la réflexion intellectuelle qui fait barrage à l'imagination, et, lorsqu'il s'endort, l'imagination est libre et cela donne un rêve.

C'est pour cela que les enfants rêvent plus souvent et de manière plus "réelle" que les adultes, car les enfants ont toujours plus d'imagination que les grands.

A présent, je vous demande de trier ce qui est bon pour votre enfant à entendre et ce qui ne l'est pas pour ne pas l'effrayer, et je fais appel à votre bon sens.

Le Rav Moché Kordovéro (Or Yékarot Parachat Bé'houkotay Siman 2) explique que les forces impures ne peuvent pas pénétrer une personne lorsqu'elle est réveillée, mais lorsqu'elle s'endort et qu'une partie de son âme la quitte (comme susmentionnée), ces forces profitent pour pénétrer la personne et cela donne comme résultat un mauvais rêve. Le Séfer 'Hassidim 441 va dans le même sens.

A présent, je voudrais vous écrire une information supplémentaire, mais je vous demande de ne pas en informer les enfants, car il est évident qu'ils pourraient être pris de panique ou de peur, c'est donc que ce que je vous écris ici est réservé aux adultes.

Nos Sages nous expliquent qu'il y a des rêves qui proviennent d'un ange et d'autres d'un Chèd (démon).

Le Rav Yéhouda Petaya dans son livre "Rou'hot Méssaprot" nous explique qu'il y a des démons qui se font un plaisir de faire peur aux personnes terrestres, et ils vont faire faire un rêve à la personne qui va par exemple les réveiller en sursaut et les effrayer, et le démon reste présent au côté de la victime pour rire et se moquer de la peur qu'il a réussi à faire passer.

La Ségoula pour éviter ce genre de situation est Kriat Chéma' 'Al Hamita, et si cela arrive, on pourra penser soit à ce verset de Kriat Chéma', soir à un Dvar Torah (mais, selon certains, il faudra dire Birkat Hatorah, même pour penser à ce verset).

Le Rav Petaya nous écrit autre conseil qui consiste à ne pas considérer les rêves, et c'est ainsi que les démons quittent la personne, car, voyant qu'ils n'obtiennent pas ce qu'ils veulent, ils la quittent. Et, au contraire, si la personne est effrayée, ces démons se feront un plaisir de recommencer pour se moquer de nouveau.

Faut-il encore souligner que si les démons fréquentent la personne, il doit certainement s'agir s'une personne qui fait des 'Avérot durant la journée.

A ce sujet, je voudrais aussi ajouter que, parfois, nous dormons (et même beaucoup), et, curieusement, à notre réveil, nous nous sentons encore fatigués. Nous sommes souvent tentés d'expliquer ce phénomène en se disant que notre sommeil n'était peut-être pas profond etc., mais le Rav Moché Iben Makir dans son livre "Séder Hayom" nous explique que cela est dû aux 'Avérot que la personne a réalisée dans sa journée, et la Néchama, en quittant partiellement le corps, a été attristée par cela, car les démons se moquent d'elle, et c'est pour cela qu'une fois de nouveau dans le corps, cette Néchama ne donne plus autant d'énergie qu'auparavant. Si D.ieu veut, à une autre occasion, nous expliquerons ce qu'est exactement un Chèd (démon), car ce n'est plus notre sujet.

A partir d'ici, vous pouvez continuer et expliquer (même aux enfants) les notions suivantes :

Le rêve (bon ou mauvais) est en soi une bonne chose, comme nous l'enseigne Rav Yona (Brakhot 14a) que tout celui qui ne rêve pas plus de sept jours peut se considérer comme mauvais par rapport au regard d'Hachem, car c'est un message qu'Hachem nous envoie.

Le Talmud va encore plus loin en nous disant qu'il est bien de faire des mauvais rêves, car, grâce au mauvais sentiment, la personne concernée commence à avoir des pensées de Téchouva, et le Maharcha explique que, parfois, le soucis du rêve est en soi déjà une punition qui exempte la victime de recevoir d'autres épreuves. Parfois aussi, la joie que l'on éprouve après des bons rêves nous enlève de notre mérite.

Mais il faut aussi savoir que le Talmud (Guitin 55b) nous écrit qu'il y a beaucoup de rêves qui n'ont aucune importance car ils proviennent de ce que la personne a vécu, et, parfois, suite à un jeûne (ou lorsqu'on est malade par exemple, ou suite à la digestion de certains aliments), le cerveau ne dort pas réellement et l'on fait des rêves étranges mais qui n'ont pas d'importance (Brakhot 55a), et c'est pour cela que celui qui a jeûné la journée et qui fait un mauvais rêve le soir ne devra pas le prendre en considération (Cha'ar Hatsiyoun 220-1).

Aussi, tous les rêves ont inévitablement des images ou des scènes futiles, et aucun rêve n'est à interpréter à 100% comme vrai.

Nous apprenons des rêves de Yossef que, parfois, il faut attendre plus de 22 ans pour qu'un rêve puisse se réaliser !

Je pense qu'avec ces quelques informations, vous avez de quoi expliquer (même à un enfant) le pourquoi des mauvais rêves.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA