c Question au Rav : Naissance d'un garçon dans l'année de deuil, bon signe ?

Naissance d'un garçon dans l'année de deuil, bon signe ?

Rédigé le Mercredi 3 Janvier 2018
La question de Anonyme

Bonjour,

Pourriez-vous m'expliquer en quoi le fait qu'un petit garçon naisse dans l'année qui suit le décès de son grand-père peut influer pour le disparu ?

Concernant le nouveau-né, sa Néchama (âme) en est-elle influencée ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27714 réponses

Bonjour,

1. Nos Sages disent que, durant les trois premiers jours du deuil, les proches du défunt doivent être très vigilants et se livrer à une introspection afin d’améliorer leurs actions et l’accomplissement de leurs Mitsvot. La rigueur divine les a touchés, donc, ils ont tout à gagner en faisant preuve de prudence, car elle [cette rigueur] peut « se trouver » proche de chacun [« entre les épaules »].

2. Du troisième au septième jour, elle est toujours là, mais un peu plus éloignée - dans « l’un des coins de la maison ».

3. Du septième au trentième jour, elle passe « non loin, dans la rue ».

4. Après les trente jours, et, ce, jusqu’à la fin de l’année, la rigueur risque toujours de « prouver sa présence » - « L’épée n’a pas encore été remise dans son étui ».

Mais si un garçon est né dans cette famille, ils sont assurés que la rigueur « s’est éloignée pour de bon ».

D’après certains de nos maîtres [Bayit ‘Hadach sur Tour, chapitre 394], ce qui a été dit précédemment [1-4] est valable uniquement en cas de décès du père ou de la mère, et non pour le décès de l’un des autres proches - où la rigueur disparaîtrait après les trente jours.

Voir Talmud Yéroushalmi fin du traité Mo'èd Katan, Talmud Babli, Moèd Katan 27b, Rambam, Hilkhot Avel, chapitre 13, Halakha 12, Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 394, Halakha 4 et Badé Hachoul’han sur cette référence.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN