Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
06:42 : Mise des Téfilines
07:44 : Lever du soleil
13:42 : Heure de milieu du jour
19:38 : Coucher du soleil
20:22 : Tombée de la nuit

Paracha Vayélèkh
Vendredi 30 Septembre 2022 à 19:13
Sortie du Chabbath à 20:17
Afficher le calendrier

Penser à quelque chose de triste pour prier pendant ma prière

Rédigé le Mardi 9 Août 2022
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J’ai entendu qu’une prière avec des larmes est quasiment sûre d’être écoutée.

Or, si on prie pour quelque chose, mais on n'arrive pas à pleurer, est-ce que le fait de penser à quelque chose de triste (décès…) au moment de notre prière et que cela nous fait pleurer, marche ?

Merci.

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
6938 réponses

Chalom Ouvrakha,

Il est évident que, lorsque nos Sages nous disent que les portes des larmes ne sont jamais fermées [Brakhot 32b, Baba Métsia 59a, Zohar Pékoudé page 245b, Séfer 'Hassidim 130, Rav Péalim dans Sod Yécharim tome 1, Siman 3], il s'agit de larmes de conviction, la certitude que D.ieu est Le Seul à pouvoir nous venir en aide [voir Tikouné Zohar Tikoun 11, page 26b, Rabbénou Bé'hayé Béréchit 1-18, Ralbag Chmouel 1-1, verset 10].

Pleurer sur un évènement triste n'est plus en rapport avec la prière et ne peut pas promettre que la porte des prières est ouverte à ces larmes.

Néanmoins, si le pleur rapprochent la personne d'Hachem, cela pourra contribuer à l'ouverture des portes et à ce que la prière soit écoutée [Alchikh Dévarim 1].

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA