Aujourd'hui à Paris
07:20 : Mise des Téfilines
08:29 : Lever du soleil
12:42 : Heure de milieu du jour
16:54 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayichla'h
Vendredi 13 Décembre 2019 à 16:35
Sortie du Chabbath à 17:49

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Porter des bijoux d'occasion

Rédigé le Dimanche 7 Juillet 2019
La question de Anonyme

Bonjour,

J’ai acheté chez un antiquaire des bijoux d'occasion qui ont appartenu à quelqu’un d’autre.

Puis-je les porter sans problème ?

Faut-il faire une prière ?

Merci.

La réponse de Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
218 réponses

Chalom Ouvrakha,

Dans la Parachat Pékoudé, Rabbénou Bé’hayé explique au sujet des pierres précieuses du Michkan que chaque pierre a ses propriétés et sa force naturelle. Ainsi, le rubis, par exemple, arrête le sang et il précise également que chacune des 12 pierres a une correspondance avec les 12 tribus.

Ainsi, toutes les autres pierres et métaux sont des dérivés de ces pierres précieuses.

Rabbénou Bé’hayé précise que les spécialistes des pierres ont l’habitude de purifier ces pierres (Mikvé ou tremper dans la mer), car elles prennent les mauvaises énergies et n'ont plus l’effet escompté.

On raconte la parabole suivante qui exprime clairement l’idée de Rabbénou Bé’hayé.

Il était une fois un homme immensément riche qui entreposait ses richesses dans un énorme labyrinthe très difficile d’accès et d’où on ne sortait que très difficilement, un peu comme d’une pyramide.

Cet homme ressentait énormément de plaisir à vivre au milieu de ses richesses et, par crainte de se faire voler, n’y faisait entrer personne. Un jour, il s’y enferma, mais, pris d’un malaise, ne réussit pas à en sortir malgré ses cris appelant à l’aide. Ainsi, il mourut, richissime et seul ! Les jours passaient et sa famille commençait à s’inquiéter de son absence. Finalement, ils réussirent à entrer dans ce domaine interdit et constatèrent le décès de leur père. Ils furent également émerveillés par toutes les richesses accumulées dans cette chambre forte et, plus précisément, par une superbe pierre précieuse dont le prix devait dépasser tout ce que l’on pouvait imaginer.

La seule personne qui pouvait s’offrir cette pierre précieuse étant le sultan, les fils de ce richissime défunt allèrent chez lui dans l’idée d'en obtenir un prix exorbitant. Mais le sultan était un fin négociateur et il n’y eut pas d’accord. Les fils repartirent donc avec l’espoir que le sultan enverrait ses soldats pour les faire revenir et s’installèrent quelques jours dans une auberge non loin de là, mais le sultan n’envoyait pas ses soldats pour les faire revenir.

Quelques jours plus tard, ils décidèrent alors de retourner chez le sultan pour lui vendre la pierre précieuse au prix proposé par ce dernier. Celui-ci les reçut et demanda à revoir la pierre précieuse pour une dernière vérification. A ce moment-là, le sultan réalisa que ce n’était pas la même pierre et considéra que nos hommes essayaient de le tromper. La situation devenait critique, nos hommes ayant peur pour leur liberté, d’autant plus qu'il s’agissait de la même pierre précieuse.

Le sultan leur demanda ce qu’ils avaient fait avec cette pierre précieuse et nos hommes racontèrent alors que, durant leur séjour à l’auberge, il y avait un petit garçon qui pleurait, malade. Afin de le calmer, ils lui permirent de jouer avec la pierre précieuse, ce qui lui permit au bout de quelques jours de guérir.

En fait, cette pierre précieuse avait pris l’énergie négative du malade et avait perdu sa force et son éclat, d'où la réaction du Sultan.

(Cette histoire est ramenée pour montrer comment D.ieu peut amener la guérison par différents vecteurs.)

Histoire de Otsrot Hatorah.

Célèbre pour avoir orné la couronne de Louis XIV, le diamant bleu est également réputé pour le lot d’infortunes qu’il aurait causé à ses propriétaires successifs. Encore une preuve de l'énergie des bijoux !

Ainsi, il n’est pas nécessaire de craindre ce genre de choses, mais si vous avez un petit doute, vous pouvez les immerger dans un Mikvé ou dans la mer (Rabbénou Bé'hayé).

Au sujet de la bénédiction de "Chéhé'héyanou" qui est rapportée dans le Choul'han Aroukh ch. 223, nous n’avons pas l’habitude de la faire sur des bijoux.

Cependant, si vous avez un habit neuf, vous pouvez faire la bénédiction de "Chéhé'héyanou" en pensant à l’habit et aux bijoux, pour remercier D.ieu de Ses bienfaits (Yalkout Yossef ch. 223).

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
Projet dédié par un généreux donateur