Aujourd'hui à Paris
06:24 : Mise des Téfilines
07:27 : Lever du soleil
12:35 : Heure de milieu du jour
17:41 : Coucher du soleil
18:27 : Tombée de la nuit

Paracha Lekh Lékha
Vendredi 30 Octobre 2020 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:20
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Sé'ouda Chlichit quand Yom Tov tombe Motsaé Chabbath, obligatoire ?

Rédigé le Lundi 21 Septembre 2020
La question de Anonyme

Bonjour,

Y a-t-il une obligation de faire Sé'ouda Chlichit lorsque que Yom Tov est Motsaé Chabbath ?

Si oui, est-ce différent d'un Chabbath non suivi de Yom Tov ?

Merci.

La réponse de Rav David COHEN
Rav David COHEN
123 réponses

Bonjour,

Oui, il reste obligatoire de faire la Sé'ouda Chlichit lorsque Yom Tov tombe Motsaé Chabbath, au même titre qu’un Chabbath ordinaire.

Quant à savoir comment procéder afin de réaliser la Sé'odua Chlichit comme il se doit sans pour autant porter atteinte à l’honneur du Yom Tov, lisez ceci :

A) Il est rapporté dans le Choul’han 'Aroukh (249,2) qu’il est une Mitsva de s’abstenir de fixer un repas ordinaire la veille de Chabbath à partir de la fin de la neuvième heure, afin de consommer le repas de Chabbath avec appétit. Il en est ainsi également pour la veille de Yom Tov (Rambam Yom Tov 6,16).

C’est pourquoi il serait alors recommandé a priori de fixer la Sé'ouda Chlichit avant la fin de la neuvième heure ('Aroukh Hachoul’han 529,3, Michna Beroura 529,8 et Cha'ar Hatsiyoun 529,9).

B) Cependant, la coutume est de ne pas se montrer spécialement méticuleux dessus et cela est tout à fait justifiable.

En effet, il est rapporté, d’une part, qu’il convient de prier Min’ha avant la Sé'ouda Chlichit (Kaf Ha’haïm 529,16), et d’autre part, le Choul’han 'Aroukh (233,1) écrit qu’il convient a priori de prier Min’ha Ketana (qui correspond au milieu de la dixième heure, moment où il convient déjà de s’abstenir de prendre un repas).

On fera cependant attention à prendre une Sé'ouda Chlichit assez légère, de manière à manger le repas de Yom Tov avec appétit (Cha'ar Hatsiyoun 529,10, voir aussi Halikhot Chabbath partie 2, page 28, ainsi que le Michna Beroura édition Tiférèt Siman 249,2, note 25).

Bien que le Or Letsion (tome 2, chapitre 19,10) ainsi que le Rav Mazouz (Bayit Nééman 164) rapportent que l’on peut prier a priori Min’ha Guedola si cela nous permettra d’organiser nos repas de Chabbath (et de Yom Tov) avec plus d’appétit, il semble que cela concerne les pays où la nuit tombe assez tôt, comme en Israël, et qu’il sera difficile d’enchaîner la Sé'ouda Chlichit avec 'Arvit et le repas de la fête. Mais en ce qui concerne les pays où la nuit tombe tard (comme en Europe), il semble qu’il soit préférable de faire la Sé'ouda Chlichit en milieu d’après-midi pour celui qui préfère faire Min'ha Ketana.

En effet, le repas de Yom Tov aura lieu assez tard, ce qui laisse la place à l’estomac de digérer la Sé'ouda Chlichit si celle-ci a été prise de manière modérée (Maharcham dans Da'at Torah au Siman 529). Alors que faire la Sé'ouda Chlichit en début d’après-midi semble être un manque de respect à cette Sé'ouda, étant donné que le repas de la seconde Sé'ouda de Chabbath finit généralement vers 14h, ce qui laisse peu de temps pour digérer.

C) Aussi, il existe une troisième solution qui consiste à couper le repas de Chabbath midi en deux parties, c’est-à-dire que vers 13h, on fera Nétila puis Motsi en mangeant les salades avec un minimum de 54g de pain, puis on récitera le Birkat Hamazone avant de passer au repas, et ensuite, on fera une seconde Sé'ouda, qui sera alors considérée comme la Sé'ouda Chlichit (à condition que 'Hatsot soit passé) (Choul’han 'Aroukh 291,3).

Comme toute Sé'ouda Chlichit, on devra a priori faire Motsi. C’est pourquoi, on se lavera de nouveau les mains, et on passera au repas sans oublier de manger de nouveau 54g de pain.

Plusieurs décisionnaires recommandent aussi de faire une petite interruption entre les deux repas, en sortant dehors ou en attendant 15/20 minutes avant d’entamer la Sé'ouda Chlichit [voir Pisské Techouvot].

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav David COHEN