Comment un garçon et une fille, qui n'ont fait que se parler quelques heures, sans jamais avoir vécu ensemble ni même s'être touchés, peuvent-ils savoir qu'ils sont vraiment fait l'un pour l'autre ? Quels sont les trois critères qui permettent à un célibataire d'aller sous la houpa en étant quasi-certain que la personne qu'il s'apprête à épouser est celle avec laquelle il pourra bâtir son foyer tout en étant respecté et heureux ?

***

Dans le monde de la Torah, on se marie sans avoir eu, auparavant, ni vie commune ni contact physique avec la personne qu'on épouse. Le garçon et la fille se voient quelques fois, puis ils décident s'ils veulent ou pas se marier ensemble. Dès lors, comment savoir si une personne qu'on n'a vue que quelques heures est vraiment faite pour nous ou pas ?
 
Nos Sages donnent trois critères qui permettent de savoir s'il est bon pour nous de se marier avec telle ou telle personne. Si la personne en question va pouvoir nous respecter et nous rendre heureux.
 
Premier critère : Le Rambam dit que l'homme doit aimer sa femme comme lui-même, et la respecter plus que lui-même.
 
L'une des questions les plus importantes à se poser lorsqu'on envisage de se marier avec une personne, c'est : est-ce qu'elle me respecte comme je suis, ou elle voudrait plutôt que je sois différent ?
 
Un jour, un père a dit à son fils : "Pourquoi n'es-tu pas comme le fils du voisin ?". L'enfant a répondu : "Lorsque tu seras comme le voisin et que maman sera comme sa femme, je serai comme leur fils !".
 
Un deuxième critère très important est que cette personne soit notre ami, notre confident. Une personne avec laquelle on se sent à l'aise et on peut dire tout ce qu'on a besoin de dire.
 
Rabbi Haïm Vittal dit qu'il y a des personnes qui, dans ce monde, auront fait énormément de hessed mais dans l'autre monde n'auront aucun hessed à leur actif. Pourquoi ? Parce qu'ils n'ont pas fait de hessed envers leur conjoint. Or la mitsva de "Véahavta léréakha kamokha" s'applique surtout à lui.
 
Dans Pirké Avot, Rabbénou Yona explique qu'un vrai ami, c'est une personne à laquelle on peut ouvrir notre cœur tout en sachant qu'elle ne nous trahira pas.
 
Le troisième critère très important, c'est qu'en sa présence, on se sent comblé ; et en son absence, on ressent un vide profond.
 
Retranscription : Léa MARCIANO