A l'occasion de la Hiloula (jour anniversaire de décès) de notre maître Rav Chalom Charabi, l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod haRachach, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Rabbi Chalom Charabi, appelé le "Rachach Hakadoch", est né au Yémen en 1720. Il est décédé à Jérusalem le 10 Chevat 1777. Il a rédigé un commentaire sur les écrits du Ari zal, et un Sisdour selon l’approche kabbalistique. Il est considéré comme le second grand maître en connaissance kabbalistique, après le Ari.

Né dans la ville yéménite de Charab, dès sa prime jeunesse, ses capacités dépassaient de loin celles des autres jeunes. Mais la mort prématurée de son père l’empêcha de rester au Talmud Torah, car il devint alors l’unique appui de sa famille. Il travaillait le jour, et passait ses soirées et ses nuits à étudier la Torah. Il pouvait rester sur les ouvrages saints jusqu’aux petites heures du matin. Sa soif insatiable de connaître la Torah l’amena rapidement à aborder également le domaine de la Kabala, dans lequel il se plongea avec enthousiasme, et parvint à un niveau supérieur de connaissances.

Au cours de l’un de ses nombreux déplacements pour subvenir aux besoins de sa famille, il se trouva dans une situation très dangereuse, et fit le voeu d’aller vivre en Erets Israël s’il s’en sortait. Sauvé, il se mit en route pour
Erets Israël, passant par les Indes, Bagdad et Damas, où il fit une forte impression sur les Rabbanim locaux. Il finit par arriver à Jérusalem, où il se dirigea immédiatement vers la Yéchiva des kabbalistes de la ville, la Yéchiva "Beth El", fondée et dirigée par le Rav Guédalya ’Hayoun. Cette institution était l’une des plus importantes à Jérusalem, et même des disciples du Ba’al Chem Tov, à leur arrivée en Erets, y ont étudié.

Rabbi Chalom préféra cacher ses connaissances, et se proposa comme Chamach (bedeau) de la communauté. Il pouvait de la sorte étudier sans être remarqué. Il avança graduellement dans son savoir au point de surpasser tous les autres. Cependant, un beau jour, une question fut soulevée dans le cadre d’un cours de la Yéchiva, et de longs jours durant, personne ne fut en mesure d’y répondre. Le Rav ’Hayoun n’était pas non plus en mesure d’apporter une réponse satisfaisante. Rabbi Chalom avait écouté leurs discussions et connaissait la réponse, mais ne voulait pas la faire savoir. Finalement, devant l’abattement général, il décida d’écrire sur un papier la solution, et de la glisser entre les pages du livre qu’utilisait le Rav.

Le matin suivant, ce fut la surprise : le problème qui était apparu si difficile et complexe avait été résolu d’une façon claire et logique. Tout le monde était curieux de savoir d’où venait cette impressionnante explication, mais le mystère resta entier. Ce phénomène étrange se répéta à plusieurs autres reprises. Les recherches restèrent sans résultat. L’énigme fut résolue d’une façon totalement inattendue, quand ’Hanna, la jeune fille du Rav Guédalya, dévoila qu’elle avait vu à plusieurs reprises le "Chamach yéménite" regarder les pages de l’un des livres de son père. La fois suivante, lorsqu’une question difficile fut à nouveau soulevée à la Yéchiva, Rav Guédalya fit semblant de rentrer chez lui et resta caché dans la salle. Et en effet, à sa grande surprise, il vit Rabbi Chalom Charabi consulter les saints ouvrages puis glisser un morceau de papier entre les pages de son livre de prières. Le matin suivant, le Rav invita Rabbi Chalom Charabi à s’asseoir à ses côtés, et dévoila publiquement qu’il avait découvert la source de ces réponses.

Par la suite, Rav ’Hayoun désigna Rabbi Chalom comme son successeur, en dépit de son jeune âge (il avait seulement 27 ans). Et il lui donna sa fille ’Hanna comme épouse. La grandeur de Rabbi Chalom Charabi dépassa rapidement la seule ville de Jérusalem, et beaucoup d’histoires se font l’écho de sa sagesse. Des grands du peuple juif firent appel à lui pour recevoir des éclaircissements sur des questions de Kabbala. Le "Chla", Rabbi Nathan Adler et le ‘Hatam Sofer demanderont à recevoir un exemplaire du Siddour du Rachach.

Pendant trente années, il dirigea la Yéchivat Beth El. Les grands Rabbanim de cette période furent tous des disciples de Rabbi Chalom : le ’Hida (Rabbi ‘Haïm Yossef David Azoulay), Rabbi Yom-Tov Algazy, Rabbi ‘Haïm De La Roza et Rabbi Gerchon de Kitov (beau-frère du Ba’al Chem Tov). Le ’Hida décrit le Rachach comme un homme saint qui suivait les Kavanot (pensées kabbalistiques à avoir dans la prière) écrites par le Ari zal, et connaissait tous les ouvrages de Kabbala de l’école du Ari zal (il refusait les enseignements des autres écoles). Le Siddour de Rabbi Chalom Charabi est préfacé avec une introduction importante, appelée Ré’hovot Hanahar. Le Rachach est enterré au Har Hazétim (Mont des oliviers).

Que le souvenir du Tsaddik soit une bénédiction pour tout le peuple juif ! 

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur du Rav Chalom CHARABI