Traduction de la lettre du Rambam à son fils : 

Ne souillez pas vos âmes par la dispute qui détruit corps, âme et argent.

Que reste-t-il après une dispute ?

J’ai vu des blancs qui sont devenus noirs, des chefs qui ont été diminués, des familles qui ont été emportées, des princes qui ont été détrônés, des grandes villes qui ont été bouleversées, des rassemblements qui se sont dispersés, des hommes pieux qui ont été perdus, des hommes de foi qui ont disparu, des personnes respectables qui ont été méprisées à cause de la dispute.

Des prophètes ont prophétisé, des Sages nous ont fait part de leurs paroles de sagesse, les philosophes ont cherché et rajouté pour parler en mal de la dispute et tous ceux-là ne sont pas arrivés au bout pour dire combien est grave la dispute.

C’est pourquoi, détestez-la, et fuyez devant elle, éloignez-vous de tous ceux qui l’aiment et de ceux qui parlent d’elle en bien, de ses amis, et même pour vos proches parents qui aiment les disputes, faites-vous étrangers, éloignez-vous de leur proximité de peur que vous soyez emportés dans toutes leurs fautes.