-       Rav, que portez-vous au poignet?

-       C’est un Fitbit (un bracelet mesurant diverses informations)

-       Pourquoi le portez-vous ?

-       Il enregistre le nombre de pas que je fais chaque jour, la quantité et la qualité de mon sommeil, et d’autres informations importantes.

-       Enfin, Rav, ça m’a vraiment l’air d’un truc inutile. En avez-vous vraiment besoin ? Qu’est-ce que cela vous apporte ? Vous savez bien que vous devez être actif chaque jour, et vous accorder suffisamment de sommeil, alors quel est l’intérêt de porter un tel objet ?
 

Je réfléchis à sa question, qui me parut impérieuse. Nous savons comment agir dans la vie, alors agissons, c’est tout ! Pourquoi impliquer des trucs extérieurs ? N’est-ce pas superflu ?

Je me souvins alors d’une excellente citation d’un grand expert en management, Peter Drucker : « Ce qui est mesuré peut être géré ».

« L’idée de porter un Fitbit, répondis-je à mon ami, me rend responsable de tenir mes engagements et me force à me confronter à la réalité de mes écarts, plutôt que, à la fin de la journée, de me bluffer ou me leurrer sur ce qui s’est passé ce jour-là. »

CROISSANCE SPIRITUELLE

De l’autre côté de l’océan, vivait un autre expert du management, mais ce dernier se spécialisait dans la gestion personnelle. Rav Kalonymus Kalman Shapira, le Rebbe de Piaseczno, était un Rebbe ‘hassidique de Pologne qui officia comme rabbin du ghetto de Varsovie. Après avoir survécu à la révolte du ghetto, il fut abattu par les Nazis dans le camp de travail de Trawniki. Parmi ses nombreux talents, il avait une vision profonde de la psychologie humaine.

Dans son journal spirituel, Tzav Vézirouz, il écrit cette entrée :

« Si vous avez réussi à élaborer des règles personnelles pour votre croissance spirituelle, considérez cela comme un succès. Mais dans le cas contraire, soit vous n’avez pas consacré votre vie à la croissance personnelle, soit vous êtes aveugle à vos propres échecs et succès.

Car un homme en recherche spirituelle qui concentre ses efforts sur son monde intérieur sera inévitablement confronté à des difficultés et des diversions - non seulement extérieures, comme soutenir sa famille, mais aussi dans son monde intérieur, tels que l’indolence, les tendances négatives, les traits de caractère destructeurs, etc. - et puisque la personne en recherche spirituelle est constamment impliquée dans cette bataille intérieure, elle en sortira parfois vainqueur et parfois perdante, et parviendra inévitablement à des conclusions : quelles stratégies fonctionnent pour elle et lesquelles font ressortir sa faiblesse.

Alors quelqu’un qui ne peut tirer de telles conclusions n’est pas engagé dans la bataille - il ne gagne pas, mais ne perd pas non plus. Il ne connaît ni ses faiblesses intérieures, ni ses points forts. »

En substance, le Rebbe de Piaseczno affirme que lorsqu’il est question de notre caractère, de notre croissance personnelle et de la meilleure version de nous-mêmes, ce qui est mesuré est géré. On ne peut prétendre être préoccupé par la croissance spirituelle et s’abstenir de créer un plan ou une stratégie, fixer des buts, et surtout, identifier comment le progrès peut être mesuré. C’est une chose d’affirmer vouloir travailler pour avoir plus de patience et être plus lent à la colère, et une autre de formuler un plan dans ce but. Le plan répond-il à des questions comme : qu’est-ce qui déclenche votre colère ? Pourquoi perdez-vous patience ? Comment allez-vous apprendre à réagir différemment ? Comment allez-vous mesurer vos progrès dans ce domaine?

C’est une chose d’affirmer vouloir travailler sur l’amélioration de votre prière et une autre de préparer une stratégie pour progresser réellement dans votre expérience de prière. Avez-vous pensé à ce qui constitue votre plus grand défi pour vous « connecter » à la prière ? A quelle occasion la prière vous a-t-elle élevé et quels éléments ont-ils contribué à cette expérience et à ces résultats positifs ? Comment allez-vous vous améliorer ? Allez-vous lire un livre sur la prière ? Ecouter des cours sur la prière? Sur quels critères allez-vous vous baser pour mesurer vos progrès dans la prière ?

La différence entre désirer progresser pour passer d’une prière récitée sur le bout des lèvres et des mots creux à un changement réel, c’est de créer notre Fitbit personnel et spirituel : le Spiritbit.

QUELQUES POINTS A PRENDRE EN COMPTE EN PROGRAMMANT VOTRE SPIRITBIT :

  • Limites : identifiiez un ou deux domaines sur lesquels vous voulez travailler à la fois. La tâche devient écrasante et intimidante si nous choisissons trop de domaines, ce qui nous empêche quasiment de faire de vrais progrès.

  • Soyez concret : soyez réaliste en fixant vos buts. Ne promettez pas de faire des changements radicaux, impossibles à atteindre et intenables sur la durée.

  • Planifiez : le Rambam écrit que pour une Téchouva authentique, il faut procéder à un Vidouï, c’est-à-dire énumérer nos erreurs, à voix haute. Il est impératif d’énoncer ou d’écrire nos fautes et nos projets pour les amender et nous améliorer à l’avenir, c’est le seul moyen d’éviter de nous bluffer. Mettre nos projets et nos objectifs par écrit nous incite à être réfléchi, stratégique, honnête et nous donne une référence à laquelle nous pouvons nous mesurer.

  • Responsabilité : impliquez un membre de la famille, un ami ou un confident responsable de vérifier que vous respectez bien vos engagements. Choisissez une personnalité de confiance, gentille, qui a plus d’intérêt à vous aider à progresser qu’à surprendre vos échecs.

  • Emploi du temps : la plupart des entreprises et des sociétés organisent des séances d’évaluation de leurs employés, qui visent à valider et à accentuer le positif, tout en identifiant et isolant des domaines qui nécessitent d’être améliorés. En l’absence d’évaluations fixes, il est improbable qu’on passe du temps à réfléchir et à planifier. Insérez dans votre emploi du temps des moments fixes pour évaluer vos progrès.

  • Célébrez : ménagez du temps pour célébrer vos progrès et vos améliorations. Soyez fier et servez-vous de cette fierté pour vous motiver à avancer plus loin.

  • Recommencez : n’arrêtez pas vos efforts en pensant que vous avez atteint un but particulier. Fixez-vous de nouveaux objectifs et poursuivez-les avec la même résolution qui vous a assuré un succès la première fois.

Dormez plus, perdez du poids, réduisez votre colère, cessez de ressentir de la jalousie, améliorer vos prières, soyez plus scrupuleux dans votre respect de la Loi juive, fixez des plages horaire pour étudier la Torah tous les jours, quel que soit le domaine où vous vous concentrez, cette année peut absolument vous réussir.

Mais cela ne se produira pas si vous ne concevez pas un Spiritbit, un mécanisme qui vous pousse à l’honnêteté et enregistre vos résultats. Portez votre Spiritbit et devenez enfin la meilleure version de vous-même.

Rabbi Efraim Goldberg