Il est de ces femmes qui ont porté et construit le peuple, qui ont marqué l’histoire du peuple juif, dans la lumière ou dans l’ombre. Nitsevet fait assurément partie de celles-ci.

Savez-vous qui est Nitsevet ? Bien plus que la maman du Roi David, Nitsevet a été celle qui a construit le roi d’Israël, qui l’a hissé à son rang, à force de courage, de sagesse et… d’audace. Je vous invite à lire son histoire.

« L’humiliation couvre mon visage … Je suis devenu étranger à mes frères … Ils m’ont ravagé … le déshonneur tombe sur moi ... Je suis la raillerie des ivrognes … Ils ont mis de la farine dans mon repas et me donnent du vinaigre pour étancher ma soif… » (Psaume 69)

David crie son désespoir. Il est méprisé, mis à l’écart, il est la cible des pires humiliations. Il est rejeté. Pourquoi ? Quelles raisons ont poussé des Justes tels que Yishai et ses fils à se conduire de la sorte envers un des leurs, pendant la longue et interminable période de 28 ans ?

Yishai était chef du Sanhédrin, il était un homme pieux, il était l’un des quatre individus à quitter ce monde par simple accomplissement du décret suite à la faute du serpent.

Yishai avait sept fils, les uns plus charismatiques que les autres. Ils étaient sa fierté. Il était marié à Nitsevet Adael, une femme vertueuse et discrète.

Yishai était le petit-fils de Bo’az et Ruth. Bien qu’il occupait une place d’honneur au sein du peuple, les origines de ses ancêtres lui posaient un problème. En effet, sa grand-mère était issue du peuple de Moav, lequel avait cruellement tourné le dos au peuple juif lorsqu’il en avait besoin. De plus, Bo’az est mort le lendemain de son mariage avec Ruth, laquelle avait conçu cette nuit-là leur fils Oved. Cette mort « instantanée » après une union avec une Moabite, avait été perçue comme une confirmation Divine que l’acte était interdit. De doutes en obsessions, Yishai voulait à tout prix légitimer à ses yeux et aux yeux du monde entier son statut.

Il passait donc à l’action. Si son statut était effectivement problématique, comme il le pensait, il ne pouvait rester marié à une Israélite, Nitsevet. Il s’est donc séparé de son épouse. Quelques années plus tard, Yishai désirait concevoir un enfant dont le statut ne serait en aucun cas douteux. La solution était de concevoir ledit enfant avec une servante cananéenne.

Ce plan aurait pu fonctionner, mais c’était sans compter la solidarité féminine et la compassion qui unissaient la servante à sa maîtresse, Nitsevet. Elle lui dévoila donc les plans de son mari et les deux femmes ont convenu ensemble qu’il était préférable que la servante laisse sa place à Nitsevet, sans en tenir informé Yishai, bien évidemment.

Cette nuit-là, Yishai et Nitsevet ont conçu leur dernier fils, David.

Lorsque la grossesse de Nitsevet ne pouvait plus se cacher, ses enfants, d’une grande droiture d’âme, ont rejeté leur mère, qui présentait tous les signes d’une femme adultérine. Cette dernière n’eut d’autre choix que d’expliquer à son mari l’échange auquel elle avait procédé avec sa servante lors de la fameuse nuit. Il eut donc pitié d’elle et déclara : « Laissez-lui la vie sauve. En contrepartie, traitez l’enfant qui naîtra comme un serviteur humilié et méprisé ».

C’est ainsi que le destin de David était tracé. Il serait humilié, méprisé, il serait l’enfant de la honte, le frère de la déchéance.

Par solidarité et par sentiment de responsabilité, Nitsevet s’est toujours tenue aux côtés de David pour le protéger et le réconforter lorsque la vie serait trop dure, les critiques trop blessantes, les regards trop accusateurs. Elle était un roc qui faisait barrage aux tempêtes d’insultes et aux torrents de moqueries.

28 ans après la naissance de David, le prophète Samuel arrive à Beth Lé’hèm pour trouver et oindre le nouveau roi d’Israël. Tous les yeux se posèrent automatiquement sur Eliav, le fils aîné de Yishai, un bel homme, grand, distingué, avec une carrure et une prestance de roi. Mais Hachem le rejette, Il dit à Samuel : « Ne regarde pas son apparence, ne t’impressionne pas de sa grande taille, ne regarde pas avec les yeux, regarde comme D.ieu, avec le cœur ».

Yishai voit ainsi ses fils défiler l’un après l’autre devant Samuel, et aucun d’eux n’est retenu. Aucun ne sera roi. Yishai sent alors la déception l’envahir, le roi ne sera pas son descendant, lorsque David « le jeune berger », est mentionné.

Yishai n’ose pas présenter ce fils rejeté et illégitime, ce symbole de la honte, au prophète Samuel. Pourtant, ce dernier est formel. D.ieu l’a choisi. David, du haut de sa petite taille, avec ses cheveux roux ébouriffés, sera le nouveau roi d’Israël.

A cette annonce, Nitsevet se mit à pousser des cris assourdissants, elle dont on ne connaissait pas le son de sa voix. Ces cris étaient les cris d’une mère qui s’est battue en silence pendant de nombreuses années pour donner amour et dignité à son enfant, victime d’injustice. Ces cris étaient une louange à D.ieu qui a mis fin à cette horrible souffrance, à ce combat de tous les jours, de la plus belle façon qui soit. Ces cris étaient semblables à ceux d’une mère qui met au monde. Elle donnait naissance une seconde fois à David, son fils bien-aimé, qui allait enfin pouvoir vivre sa vie, en plein jour, sans devoir attendre l’obscurité rassurante de la nuit, qui rend les monstres invisibles, et les sots anonymes.

Le Roi David a assurément hérité des magnifiques qualités de vie de sa mère. Elle lui a inculqué la force et le courage, peu importe si le monde entier se dresse contre nous. C’est grâce à ces valeurs, dans lesquelles David a baigné depuis sa plus tendre enfance, qu’il a su faire face à ses ennemis plus acharnés et plus traîtres les uns que les autres. Il est devenu un guerrier sans pitié, confiant, qui serait prêt à donner sa vie pour défendre l’honneur Divin.

Plus que tout, Nitsevet a appris à David la force de la prière et de la communication avec notre Créateur. Lorsque tout le monde semble nous rejeter, nous piétiner, lorsque nous ne trouvons grâce aux yeux d’aucun homme, il ne sert à rien de multiplier notre désespoir. Nous devons relever la tête, être digne, et se tourner vers Hachem Tout-Puissant.

Des milliers d’années plus tard, n’est-ce pas précisément ce que nous faisons et ressentons à chaque fois que nous ouvrons notre livre de Psaumes, livre écrit par David fils de Nitsevet ? Quel magnifique hommage à cette grande dame qui a su crié son message en silence.