A l'occasion de la Hiloula de notre maître Rabbi Yoram Abergel, l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod haRav Abergel, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Le Rav Abergel est né dans le Mochav Baroukh dans le sud d'Israël, de parents originaires du Maroc.

Enfant, il a étudié à l'école religieuse du quartier, puis dans une école 'Habad-Loubavitch. En grandissant, il a intégré la Yéchiva Bné 'Akiva "Beth Yéhouda" de Kfar Maïmon, et enfin la Yéchivat Hanéguev. Après son mariage avec la Rabbanite Guéoula Abergel, il alla étudier au Collel "Beth Israël", relié aux institutions 'Habad-Loubavitch de Nétivot, et à partir de cette période déjà il commença à diffuser la Torah et à faire du Zikouy Harabim (propagation de la Torah) autour de lui. Par la suite, il s'est adressé à Baba Salé ; entre eux deux s'est tissé un lien très fort, au point que la Rav a même eu la chance de prendre conseil auprès de lui de manière permanente pendant les cinq dernières années de sa vie.

A la sortie de Chabbath Berechit, le 10 Octobre 2015, nous avions appris une bien triste nouvelle, le décès du très réputé Kabbaliste, le Rav Yoram Abergel qui avait dirigé pendant plusieurs dizaines d'années la communauté "Rav Pé'alim" de la ville de Nétivot.

Durant les deux derniers mois de sa vie, il a combattu une grave maladie, et son état avait empiré. À notre grand regret, il a quitté ce monde à l'hôpital "Chiva" de Tel Hachomèr, à l'âge de 58 ans seulement. Son enterrement s'est tenue dans sa Yéchiva "Kol Rina" à Nétivot, en présence de milliers de personnes venues lui rendre un dernier hommage.


Netivot... puis tout Israel

Dans Nétivot, la ville où le Rav habitait, s'est opéré un véritable bouleversement spirituel. Cela a commencé avec la création du Collel "Kol Rina", à la mémoire de sa mère, Rina Abergel zatsal, et ce n'était que le début, puisqu'au fil des années, il a érigé une chaîne très importante d'institutions toraïques à travers tout le pays. Il s'est mis à diriger et a pris sous son aile 45 Collelim, sur le conseil des Guédolim d'Israël, car ils étaient en danger de fermeture. Ces Collelim sont ensuite devenus accessibles à tout celui qui désirait étudier la Torah, sans différencier les milieux, et toutes tendances confondues.

Par la suite, il a fondé les écoles "Béer Mayim 'Haïm", comprenant des Ganim pour les tout-petits, Talmudé Torah pour garçons et Bathei Ya’acov pour filles ; mais aussi des Yéchivot Kétanot pour les Ba'hourim et des lycées pour les jeunes filles. En parallèle, il dirigeait également une association de 'Hessed, qui s'étendait sur tout le pays et venait en aide aux nécessiteux.

Ainsi, le Rav Abergel est devenu l'un des plus grands Rabbanim du milieux religieux Séfarade de notre génération. Il est devenu le Rav de milliers de personnes qui ont commencé à se rassembler autour de lui, et c'est à partir de là que s'est fondée la communauté de "Rav Pé'alim" dont il a été le dirigeant. Cette dernière est réputée pour être imprégnée de Yirat Chamayim (crainte du Ciel) et de Limoud Torah. Elle englobe aujourd'hui des milliers de familles d'Avrékhim, toutes dans le chemin de la Torah, et ce, grâce au Rav qui a toujours veillé à leur sainteté.


Son dernier message...

Son rêve était de voir la ville de Nétivot transformée en "'Ir Haélokim", "ville divine", rêve dont il a parlé à ses élèves lors de son dernier cours :

"Je demande à chacun d'entre vous, qu'Hachem vous garde, de tenir bon et de vous soutenir les uns les autres. Nous devons tous nous renforcer, renforcer cette grande Yéchiva par nos prières, notre étude... Je dois encore régler certaines affaires, quelques médicaments, et avec l'aide d'Hachem nous pourrons poursuivre ensemble. Il faut absolument que la Yéchiva continue sur sa lancée, ainsi que toutes les autres institutions, afin que les parents puissent s'investir pour leurs enfants, filles ou garçons, Collelim comme lycées. Nous avons des objectifs bien fixés, pour l'éducation, la pudeur, avec l'aide d'Hachem en vue de Bar Mitsvot et de mariages, car nous voulons assurer un véritable avenir à nos enfants. Qu'Hachem fasse que nous ayons tous le mérite de fonder ici une ville de Torah véritable, dans le droit chemin, celui de nos Patriarches. Une ville où règnent amour, unité et harmonie, où chacun trouve sa place d'où qu'il vienne; et surtout que l'on puisse dire de cet endroit, tiens, voilà la ville d'Hachem."

Par ailleurs, le Rav Abergel était également connu pour l'amour du prochain immense qui le caractérisait, et pour son modeste train de vie. En effet, malgré son haut statut, il a toujours vécu dans un appartement HLM et fui tous les honneurs.

Ces deux derniers mois, en apprenant la terrible maladie qui touchait le Rav, un grand conseil de Guédolim s'est réuni, avec à sa tête le Rav Chalom Cohen, et a appelé les membres de la communauté à prier pour son rétablissement. Le Rav Cohen a même rédigé un Téfila spécialement pour lui et lui a rajouté le prénom "'Haï".

Malheureusement, Chabbath la maladie a fini par le vaincre et le Rav Abergel a quitté ce monde. À présent, ce sont des milliers d'élèves qui sont en deuil, car ils le considéraient tous comme un véritable père spirituel, chez qui ils pouvaient prendre conseil à la moindre difficulté.


Oraisons funèbres

À son entourage, les larmes aux yeux, de grands Rabbanim lui ont rendu hommage, parmi eux Rav Chlomo 'Amar, Rav David Yossef, Rav Tséma'h Mazouz, Rav Ya'acov 'Adès, le Rav de Béer Chéva', Rav Yéhouda Derhy, Rav Yéhouda Montague, Rav Arié Lévy, directeur de la Yéchivath Hanéguev où il avait étudié étant jeune. Les oraisons funèbres ont été nombreuses...

Son neveu a dit : "Papa, toi qui toujours te tenais solide comme un roc, tu te préoccupais constamment de nous, chaque Avrekh était important à tes yeux, chacun était comme ton propre enfant, toutes ces familles que tu as épaulé, que pouvons-nous dire, notre père, bien-aimé de Nétivot, bien-aimé de notre génération, tu as porté haut le joug de la Torah".

Le Rav Chlomo Amar a pleuré en disant : "Notre douleur est aussi grande que l'océan, qui donc pourra nous apaiser ? Il y a dans la vie des choses que l'on peut décrire avec des mots, dont on peut évaluer la portée, mais il y en a d'autres où c'est impossible. Quand le prophète Jérémie a du décrire l'ampleur de la douleur d'avoir perdu le Beth Hamikdach, il a dit "la douleur est aussi grande que l'océan", l'océan qui est immense et qui n'a aucune limite. Alors comment pourrait-on décrire cette douleur-là ? Tout le peuple juif va pleurer cette terrible perte qu'aucun de nous n'a la force de décrire. C'était un grand homme parmi les Grands de notre génération, qui a renforcé et diffusé la Torah autour de lui tout au long de sa vie, qui a soutenu des milliers de familles spirituellement et matériellement, d'une bonté extraordinaire envers une multitude de personnes."

Par la suite, le Rav Amar a désigné ses fils, Rav Israël Abergel et Rav 'Haïm Yossef, comme successeurs de l'œuvre du Rav.

Le Rav Israël a ensuite déclaré : "Sachez que nous suivrons les traces du Rav de toutes nos forces, rien ne nous arrêtera, Hachem nous donnera les forces et les outils nécessaires pour continuer". Il a aussi fait part de son admiration pour son père qui avait grandi aux rythmes des miracles : "Il avait des habitudes hors du commun, difficile à décrire. Il n'y a pas longtemps, mon grand frère est allé le voir pour lui dire : Papa tu sais qu’untel a été rappelé par Hachem ? Et le Rav répondit : "Seulement aujourd'hui ? J'avais cru comprendre qu'il devait partir il y a déjà un moment"."

Et enfin, ce fut au tour du Rav Tséma'h Mazouz de lui rendre hommage : "Nous ne possédons pas les outils nécessaires pour atteindre le haut niveau qu'était celui du Rav, en particulier dans sa diffusion de la Torah".

Quant à lui, Arié Derhy a terminé les Hespédim (oraisons funèbres) en qualifiant le Rav de "Rabbi Yéhochou'a ben Guémala" de notre génération, ajoutant aux éloges précédents que le Rav était un père pour chacun de ses élèves, qu'il aimait chacun comme son propre enfant, et que par son mérite, la Torah n'est pas tombée dans l'oubli.

Que sa Mémoire soit une source de bénédictions.

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur de Rabbi Yoram ABERGEL