L’école Tachbar, nichée sur l’une des collines de Ramat Shlomo à Jérusalem, est un lieu unique. Ce Talmud Torah, qui accueille près de 250 élèves, est dirigé par le Rav Krichevsky qui est également responsable communautaire et Gabbaï (intendant) de la synagogue.

Le Rav, lui-même père de 13 enfants dont deux adoptés, se consacre à ses élèves tel un père pour ses enfants. Tout son être est dédié à leur progression spirituelle et à leur élévation sur le chemin de la Torah et des Mitsvot.

Au Talmud Torah, on enseigne les textes ancestraux, on met l’accent sur l’acquisition de qualités morales et de ferveur dans la Téfila (prière). La Torah n’est ni séfarade ni ashkénaze, tous sont égaux face au devoir de perpétuer notre héritage spirituel. Un seul regard sur la prière de Min’ha qui se déroule quotidiennement dans les locaux de l’école suffit à saisir un tant soit peu l’atmosphère de Kédoucha (sainteté) et de pureté qui règne en ce lieu.

Le Rav Krichevsky a pour principe d’intégrer dans chaque classe au moins un enfant défavorisé (« Certains n’ont pas de sandwich pour le goûter », nous confie un parent d’élève) mais aussi de favoriser l’insertion des familles françaises, défi social que toutes les écoles israéliennes ne sont pas prêtes à relever. Les enfants de ces familles, parfois fraîchement installées en Israël, s’épanouissent de manière peu commune à l’école Tachbar.

Le Rav Krichevsky nous fait visiter les lieux et nous introduit dans une salle en préfabriqué, aux murs délabrés : « C’est la cour de récréation. Nous rêvons de rénover les lieux et de pouvoir offrir aux enfants une vraie cour à l’extérieur, mais les moyens manquent ».

En fait, la situation est bien plus critique que cela. Nous apprenons que chaque mois, ce sont près de 40 000 Chékel qui manquent pour équilibrer le budget de l’école, dont le corps enseignant compte pas moins de 19 personnes. Et dernièrement, un péril fatal pèse sur le Talmud Torah, puisque la mairie de Jérusalem menace de le fermer définitivement…

Un ordre de fermeture a déjà été émis, mais la direction de l’école est parvenue à un compromis avec la mairie : celle-ci a accepté de lui accorder un sursis de plusieurs mois, pendant lesquels l’école devra trouver un autre terrain pour construire de nouveaux locaux.

Aujourd’hui, l’école Tachbar est en danger. Endettée, assurant avec de grandes difficultés son fonctionnement au quotidien, elle doit à présent faire face à des dépenses imprévues au montant colossal pour pouvoir subsister et continuer d’offrir à nos enfants l’éducation pure aux valeurs de notre Torah. Cette école, qui accueille à bras ouverts la communauté francophone de Jérusalem, a besoin de votre aide pour continuer à exister !

Vidéo

Voir la vidéo

Torah-Box souhaite tenter l'impossible : éviter la fermeture de cette école. Cliquez-ici pour aider selon vos moyens : www.torah-box.com/tachbar 

L'équipe TORAH-BOX - © Torah-Box