Dans la paracha de Béchala'h, il y a notamment les mots de la chira que les Bénei Israël ont chantée à Hachem après avoir traversé le yam souf, et avoir été sauvés des Égyptiens. Dans ce célèbre texte, il est dit "natita yéminékha tivla'émo arets ("Tu as étendu Ta main, la terre les a engloutis)". Que signifient ces termes ? Que dit Rachi à leur propos ? En quoi ce commentaire rappelle-t-il le fait qu'Hachem n'oublie jamais le bien qu'une personne fait ? En quoi l'histoire de Yossef Hatsadik, celle des Pélichtim de l'époque du roi Yochiyahou et celle du roi 'Eglon rappellent-elles aussi cet enseignement ? En quoi tout cela (et le commentaire que fait Rav Dessler sur la fameuse Michna de Pirké Avot qui dit qu'une heure d'apaisement dans le monde futur vaut plus que tous les plaisirs de ce monde) montre-t-il l'immense valeur de chaque mitsva ?