Aujourd'hui à Paris
07:25 : Mise des Téfilines
08:32 : Lever du soleil
13:02 : Heure de milieu du jour
17:32 : Coucher du soleil
18:21 : Tombée de la nuit

Paracha Vaéra
Vendredi 24 Janvier 2020 à 17:16
Sortie du Chabbath à 18:27

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

La raison du vin à Pourim

Rédigé le Mercredi 12 Mars 2014
La question de Rapht H.

Bonjour,

Pour quelle raison boit-on du vin à Pourim ?

J'imagine qu'il ne faut pas boire jusqu'à être bourré, parce qu'il y a beaucoup de 'Hiloul Hachem dans les rues à Pourim, donc je pense qu'il faut boire avec des limites, mais quelle quantité ?

J'aimerais des références s'il-vous-plait.

Merci, et Pourim Saméa'h.

La réponse de Rav Yossef LORIA
Rav Yossef LORIA
800 réponses

Chalom,

On boit du vin jusqu'à ne plus discerner "Harour Haman" et "Baroukh Mordékhai" (Choul'han Aroukh, ch. 695, par. 2).

Certains expliquent qu'il faut boire jusqu'à ne plus être capable de faire la Guématria (valeur numérique) de ces deux expressions (Agouda, Maguen Avraham, Cha'ar Hatsioun).

D'autres expliquent qu'il ne faut plus reconnaitre l'ordre logique entre les deux expressions (Knesset Haguedola). Selon le Taz, jusqu'à ne plus savoir si notre niveau spirituel est du à "Harour Haman" ou à "Baroukh Mordékhai".

Le Arizal dit qu'il faut boire jusqu'à dire "Baroukh Haman" (Cha'ar Hakavanot, p. 109d). Selon le Maharal, on boit pour arriver à un Bitoul Hada'at (annulation de l'intelligence), car le peuple d'Israel a fauté par le Da'at en réfutant les décisions du Gdol Hador, Mordékhai.

Le Or'hot Haim (Pourim, par. 38) écrit qu'il est absolument défendu de tomber dans l'ivresse car ceci peut entrainer l'homme à enfreindre les plus graves interdictions de la Torah.

Il faudra juste boire plus qu'à l'accoutumée (Méguila 7b ; Kolbo ; Ramah, par. 2). D'ailleurs, Eliahou Hanavi a enseigné à Rav Yéouda : "Ne bois pas et tu ne fauteras pas" (Brakhot, 29b). Et la Guémara Méguila nous raconte que Rabbi Zeira a tué Rabba en buvant trop de vin (et après il l'a ressucité).

Le Rambam tranche (lois de Méguila, ch. 2, par. 15) qu'il faudra boire du vin et s'endormir pour ne plus discerner "Harour Haman" et "Baroukh Mordékhai". Il faudra agir ainsi (Maharil, Ramah, Pri Mégadim, Michna Beroura, par. 5).

Si l'homme sait qu'il risque de rater une Mitsva quelconque ou de transgresser la plus legére des 'Avérot, il n'aura pas le droit de boire plus qu'une quantité minime ('Hazon Ovadia, Pourim, p. 180), à plus forte raison, si cela peut le conduire à faire du 'Hilloul Hachem, car il n'y a pas de 'Avéra plus grande !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yossef LORIA
Projet dédié par un généreux donateur