Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:19 : Mise des Téfilines
05:50 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
21:57 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Kora'h
Vendredi 1er Juillet 2022 à 21:39
Sortie du Chabbath à 23:03
Afficher le calendrier
Projet dédié par un généreux donateur
Vidéo Importante
Torah-Box & vous
Mercredi 29 Juin 2022

Recommencer l'écriture d'un Séfer Torah ?

Rédigé le Dimanche 1er Mars 2020
La question de Avi T.

Bonjour Rav,

Pourquoi quand on écrit un Séfer Torah, on doit tout recommencer, et pas dans les Téfilines ?

La réponse de Rav Nethanel GAMRASNI
Rav Nethanel GAMRASNI
430 réponses
Bonjour,
 
Vous posez une excellente question.
 
En réalité, c’est le contraire. Je m’explique.
 
En effet, les Téfilines et Mézouzot ont une Halakha qui les concerne et qui ne concerne pas le Séfer Torah. Cette loi porte le nom de "Késsidrane".
 
Explications en résumé :
 
Il y a une grande Ma'hlokèt s’il s’agit d’une interdiction de la Torah ou des 'Hakhamim.
 
Le Bi'our Halakha explique que cette loi est apportée de la Mékhilta (voir Mékhilta Parachat Bo 15, Tour chapitre 34, Choul'han 'Aroukh 32,1, Choul'han 'Aroukh Rabbénou Zalman Alef, Mélékhèt Chamayim règle 8, lettre Alef, Kol Ya'acov chapitre 32,3, Michna Broura 32,3, Choul'han 'Aroukh 288,3).
 
Il est écrit dans la Torah : "Véhayou Hadevarim". Les 'Hakhamim ont expliqué que le mot "Véhayou" est pour nous enseigner qu’elles doivent être écrites dans un ordre chronologique bien précis.
 
Il y a également une grande discussion entre les décisionnaires à savoir si cela concerne aussi bien les Téfilines de la main que ceux de la tête, selon d’autres, même ceux de la main n’auraient pas cette obligation, s’il s’agit uniquement des versets et des mots, mais non des Parachiot elles-mêmes. Certains vont même jusqu’à dire que cela ne concerne pas les Parachiot "Véahavta" et "Véhaya Im Chamo'a".
 
Cependant, en conclusion, la Halakha tranche que cela concerne non seulement les lettres, mais également les mots et les Parachiot qui composent les Téfilines et Mézouzot, ainsi que leur emplacement sur le parchemin, aussi bien ceux de la main que ceux de la tête, et il en va de même pour la Mézouza.
 
Cette étude n’a pas été faite concernant le Séfer Torah, et heureusement, car cela remplirait la Gueniza de Séfer Torah, 'Hass Véchalom, car on ne trouverait pas un Séfer Torah Cachère (voir Rambam chapitre 1, lois des Téfilines, Ridbaz volume 1, chapitre 310).
 
C’est pour cela qu’il faut être vigilant quant à l’achat de Téfilines ou Mézouzot et se les procurer uniquement d’un Sofèr (scribe) avec un diplôme en cours de validation et surtout animé de la crainte d’Hachem, car, sans cela, imaginez un Sofèr qui a passé plus de 10 heures à écrire des parchemins de Téfilines, et, après vérification, il s’avère qu’il a manqué un Youd...
 
Les épreuves du Sofèr sont très grandes et ce n'est que la crainte d’Hachem qui peut garantir la Cacheroute de ce qu’il écrit.
 
NB : la loi de "Késsidrane" ne s’arrête pas uniquement au moment de l’écriture des parchemins, mais même au-delà, cela porte le nom de "Panim 'Hadachot" (et oui, cela ne concerne pas uniquement les Chéva' Brakhot).
 
Imaginez le mot "Béchivtékha" sur une Mézouza ou des Téfilines, et que ce mot semble être formé de deux mots, car le Sofèr a laissé une légère distance après le deuxième "Beth".
 
Etant donné que les lettres sont présentes sur le parchemin, la Halakha autorise de rapprocher le "Beth" à la deuxième partie du mot "Tékha", en étant très vigilants de n’ajouter que progressivement un peu d’encre en haut, puis en bas de la lettre.
 
Cependant, attention, si en ajoutant l’encre dans le toit puis à la base de la lettre "Beth", celle-ci a perdu ne serait-ce qu’un instant la forme d’un "Beth" Cachère, même si, à la fin de la correction, on retrouve la lettre "Beth", cela devient Passoul (inapte).
 
Prenons encore l’exemple du mot "Mézouzot", qui, dans la Paracha "Véahavta", est écrit sans "Vav", et que le Sofèr s’est trompé et a ajouter un "Vav", la Halakha autorise d’effacer ce "Vav". Cependant, cela va créer un espace dans le mot "Mézouzot". Le Maguiya'h aura le droit d’approcher les deux "Zayine" sans qu’à aucun instant le "Zayine" original n'ait disparu à travers l’encre ajoutée.
 
Cela nécessite une expérience évidente, mais surtout une crainte du Ciel indiscutable.
 
Voir Yériots Chlomo volume 1, chapitre 10,26-27.
 
Tout n’a pas été dit à ce sujet.
 
Je me tiens à votre disposition pour toute question supplémentaire.
 
Kol Touv.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Nethanel GAMRASNI
Projet dédié par un généreux donateur